Zoom

Lithium: mauvais pour les reins!

Utilisés principalement pour traiter les troubles psychiques, les sels de lithium ont des effets toxiques sur les reins qui peuvent mener à une insuffisance rénale chronique. Inutile de dire que pour les patients qui sont déjà insuffisants rénaux, leurs effets sont ravageurs.

Les sels de lithium sont considérés comme "extrêmement efficaces" contre les troubles maniaco-dépressifs. Mais ils le sont, malheureusement, au détriment des reins….

L'augmentation du volume d'urine produite et la sensation de soif sont des effets secondaires relativement fréquents des sels de lithium, mais leur utilisation prolongée peut également entraîner certaines pathologies rénales. Parmi elles, le diabète insipide néphrogénique, un trouble qui s'accompagne d'une altération de la capacité des reins à concentrer les urines. Il peut se manifester dès 8 semaines de traitement et, s'il n'est pas repéré à temps, peut dégénérer en un diabète sucré irréversible. Autre pathologie associée à la prise de sels de lithium: la néphrite interstitielle chronique (atteinte du tissu du rein pouvant dégénérer en insuffisancerénale).

Des conséquences irréversibles

L'utilisation de lithium à long terme est donc associée à une baisse de la fonction rénale, l'atteinte des tissus étant proportionnelle à la dose de lithium consommée et à la durée du traitement. Il faut malheureusement constater que les atteintes du rein sont parfois irréversibles. Certains patients voient donc leur fonction rénale continuer à diminuer une fois que le traitement au lithium a cessé. Ainsi, une étude française estime que sur 1000 patients en dialyse, deux se trouvent en insuffisancerénale terminale à cause d'une néphrite interstitielle chronique induite par les sels de lithium. Pour les patients qui sont déjà insuffisantsrénaux, les effets de ce médicament tendent à l'aggravation de la perte de fonction rénale, et accélèrent donc l'arrivée au stade de la dialyse.

Chercher des alternatives

Selon le Dr Kabanda, néphrologue  à la Clinique Edith Cavell à Bruxelles, et qui a à traiter une patiente dont l'insuffisancerénale a probablement été causée par un traitement au lithium, "les néphrologues connaissent bien l'action de ce médicament sur les reins, et il y a donc peu de risque qu'un patient en insuffisancerénale se trouve sous ce traitement". D'autant qu'il existe des alternatives. Malheureusement, celles-ci ne peuvent concurrencer l'efficacité du lithium dans les troubles psychiques. Pour le Pr Dubois, chef du service de psychiatrie aux Cliniques St-Luc à Bruxelles, "sauf cas particuliers, le "maître-achat" pour le suivi des troubles maniaco-dépressifs reste ce médicament". En attendant de trouver mieux, il faut donc rappeler l'importance d'un suivi régulier des patients sous lithium afin de repérer au plus tôt l'apparition d'une insuffisancerénale. Et rester attentif, pour tous les patients insuffisantsrénaux, aux risques d'effets secondaires des médicaments administrés.

Marion Garteiser

Publicité
Les maladies de A à Z