Témoignages

catherine

Je vais aux sports d'hiver chaque année!

Catherine, 44 ans

Faut-il renoncer aux sports d'hiver lorsqu'on souffre d'insuffisance rénale? "Certainement pas", répond Catherine, 44 ans, qui n'a jamais boudé les plaisirs de la glisse. D'autant que l'altitude, le sport et le soleil sont souvent très bénéfiques en cas de maladie rénale.

Un peu d'organisation

"J'ai été transplantée il y a six mois mais avant cela, j'ai été en dialyse pendant de nombreuses années. J'ai débuté la dialyse en 2001, année où j'ai également commencé à aller aux sports d'hiver. Depuis cette époque, je pars tous les ans, en famille. Lorsque j'étais en dialyse péritonéale, je devais me faire des injections moi-même. J'avais donc demandé à recevoir le produit à mon adresse de vacances et cela fonctionnait très bien."

Bien choisir sa station de ski

"Lorsque je suis passée à l'hémodialyse, je me suis arrangée pour choisir une station de ski proche d'un centre d'hémodialyse, en l'occurrence à Chamonix. J'y allais tous les deux jours, entre 13 et 17 heures. Il est vrai qu'il vaut mieux se renseigner avant pour savoir s'il y a un centre proche de son lieu de vacances. Mais il y a tout de même pas mal de possibilités. J'ai d'ailleurs procédé de la même façon pour mes vacances d'été en Tunisie, en choisissant ma destination en fonction de ce critère. Si le centre est facilement accessible, la dialyse n'empiète pas trop sur les vacances. Plus c'est proche, mieux c'est!"

Ski le matin

"Je skie en général le matin, pendant trois heures. Toute la journée, c'est un peu long. Il faut tout de même se ménager. A part cela, je ne dois prendre aucune précaution particulière, si ce n'est porter une ceinture au niveau du ventre. Ce type de ceinture est nécessaire pour protéger le tuyau passant au niveau du péritoine, lorsque j'étais en dialyse péritonéale, mais aussi protéger les reins en cas de chute. Pour le reste, j'ai toujours pu profiter du ski à 100%."

Des bénéfices sur la santé

"Outre le plaisir des sports d'hiver, il est vrai qu'après une semaine, on commence déjà à se sentir en meilleure forme. Les analyses sanguines montrent d'ailleurs rapidement les bénéfices de l'altitude. Par ailleurs, l'exercice physique influence aussi très positivement mon état. Je me sens vraiment mieux dès les premiers jours. Et puis, il y a le soleil! Pour moi, c'est très important, tout comme pendant les vacances d'été. Il m'aide vraiment à me sentir en meilleure forme. Mais c'est vrai qu'avec les sports d'hiver, on a trois avantages en un: l'altitude, le soleil et le sport!"

Publicité
Les maladies de A à Z