Zoom

intestin-irritable-hypnose-wide

L'hypnose contre l'intestin irritable?

L'hypnose est efficace contre le syndrome de l'intestin irritable. Pourquoi? Comment fonctionne cette méthode thérapeutique?

Intestin irritable et phobie sociale

Douleurs abdominales, diarrhées, ballonnements? le syndrome de l'intestin irritable touche environ 10 à 20% de la population dans les pays occidentaux, en majorité les femmes. Outre l'adoption de bonnes habitudes alimentaires, il a été démontré qu'une bonne gestion du stress permettait de diminuer les symptômes. En effet, le syndrome de l'intestin irritable est souvent lié à un contexte anxieux. La nature même des symptômes a tendance à accentuer cette anxiété chez les patients. Certains peuvent même développer une véritable phobie sociale, liée, par exemple, à la peur de devoir aller aux toilettes à un moment inopportun (au théâtre, chez des amis dont les toilettes ne sont pas bien isolées, en voiture...) ou d'émettre des bruits gênants (borborygmes, flatulences...) en public. Au final, le syndrome de l'intestin irritable peut donc entraîner un véritable repli sur soi.

L'utilité de l'hypnose

Le but de l'hypnose est de permettre au patient d'atteindre, via des suggestions, des images, un état de conscience modifiée. L'hypnose ne constitue donc pas en soi une thérapie: elle est un outil utilisé par des psychothérapeutes de diverses obédiences (psychanalyse, thérapies brèves...) dans le processus thérapeutique. Dans le cadre du syndrome de l'intestin irritable, l'hypnose peut apprendre à mieux gérer les anticipations anxieuses. Elle est aussi utile pour apprendre à se relaxer et à se centrer sur autre chose que sur son propre corps. Elle va en outre permettre aux patients atteints du syndrome de l'intestin irritable de mieux accepter et gérer leur maladie au quotidien. Plusieurs études ont ainsi montré l'efficacité de l'hypnose chez les patients atteints d'un syndrome de l'intestin irritable, même sévère, a fortiori chez les patients qui pensent pouvoir agir sur leurs symptômes grâce à leur propre comportement.

Publicité
Les maladies de A à Z