Témoignages

leucemie-myeloide-revolution-traitements-revolutie-behandelingen-myeloide-leukemie_238x120

Leucémie myéloïde chronique (LMC): la révolution des traitements

Pr Emérite UCL André Bosly, hématologue au CHU Mont-Godinne

La prise en charge de la leucémie myéloïde chronique (LMC) a beaucoup évolué ces dernières années. Notamment grâce aux inhibiteurs de tyrosine kinase. Coup d’œil sur des molécules pleines d’avenir...

Au début des années 2000 apparaissait le premier inhibiteur de tyrosine kinase. Quel impact ce nouveau traitement a-t-il eu sur la prise en charge de la leucémie myéloïde chronique (LMC)?

"C’était révolutionnaire! Avant l’arrivée de ces nouvelles molécules, la leucémie myéloïde chronique (LMC) tuait en 5 ans – à moins de réaliser une greffe. Aujourd’hui, à peu près 10 ans après le lancement de l’imatinib, une grande majorité des patients qui ont pu bénéficier de ce traitement sont toujours en vie."

Y a-t-il eu d’autres avancées depuis?

"De nouveaux inhibiteurs de tyrosine kinase (nilotinib, dasatinib) ont été mis au point. Ils offrent désormais une alternative efficace lorsque des résistances à un traitement apparaissent. Une nouvelle molécule, le posatinib, est d’ailleurs en cours d’essai. Elle a donné des premiers résultats prometteurs dans des formes de leucémie qui présentaient une mutation résistante appelée T315I. À part la greffe de moelle, nous n’avions jusqu’à maintenant aucune solution pour ces formes de la maladie."

Des essais sont également en cours concernant d’éventuelles interruptions de traitement...

"Oui, en effet. Ces études portent sur des patients sous traitement en rémission cytogénétique complète - le chromosome de Philadelphie n’est plus détectable à l’analyse génétique – depuis plus de 2 ans. Les chercheurs ont constaté que lorsque le traitement est interrompu, ces patients ont 1 chance sur 2 de ne faire aucune rechute. Ce qui laisse penser que les inhibiteurs de la tyrosine kinase pourraient avoir un effet à plus long terme."

Publicité
Les maladies de A à Z