Lombalgie

Traitement

Traitements classiques

Les antidouleurs

Pour traiter la crise, les médecins peuvent prescrire des antidouleurs, comme le paracétamol.

Le paracétamol a l'avantage, par rapport aux anti-inflammatoires d'avoir très peu d'effets secondaires et de pouvoir être pris, aux doses prescrites, pendant plusieurs semaine si nécessaire.

Les opiacés

Lorsque la douleur est trop forte, des substances de la famille de la morphine, mais beaucoup moins puissantes, peuvent être employées. Ces opiacés entraînent toutefois davantage d'effets secondaires et, parfois, un risque d'accoutumance. Ils ne doivent être pris que sur un laps de temps court et sur prescription médicale.

Les anti-inflammatoires

Des anti-inflammatoires peuvent aussi être proposés dans certains cas. En plus de leur action contre la douleur, ils diminuent l'inflammation, musculaire ou articulaire, pouvant être présente dans certains cas de lombalgie. Le risque d'ulcère de l'estomac doit cependant limiter leur utilisation dans le temps.

Les relaxants musculaires

Des relaxants musculaires sont également parfois appelés en renfort, afin de détendre les muscles contractés. Leur prise doit également être limitée dans le temps.

Ecrit par Pascale Gruber

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
iStock_000011344473XSmall
Les maladies de A à Z