Témoignages

lymphome-folliculaire-folliculair-lymfoom_238x120

Lymphome folliculaire: moins de risque de rechute

Mireille, 55 ans

Mireille a été traitée pour un lymphome folliculaire. Afin de prévenir les risques de rechute, elle bénéficie aujourd’hui d’un traitement d’entretien par anticorps monoclonaux.

La peur des rechutes

Je suis secrétaire de direction. J'ai toujours été en parfaite santé jusqu’il y a peu... Je viens d’être traitée pour un lymphome folliculaire, une forme particulière de lymphome non hodgkinien. Le traitement associait chimiothérapie et anticorps monoclonaux. Je ne suis pas de nature anxieuse, mais je dois dire que depuis le diagnostic, je vivais la peur au ventre... Je sais que c’est une maladie dont on ne se débarrasse pas facilement. Plus de la moitié des patients rechutent dans les trois à cinq années qui suivent le premier traitement par chimiothérapie. Cela me faisait peur.

Un traitement d’entretien

Je bénéficie heureusement d’un traitement d’entretien par anticorps monoclonaux (rituximab), ce qui est une pratique assez récente. J'ai appris que, selon les études scientifiques, l’utilisation de cet anticorps en traitement d’entretien divisait par deux le risque de rechute... Tous les deux mois, je reçois donc une injection d’anticorps. Ce traitement est prévu pendant les deux premières années qui suivent le traitement initial. Dans un an, mon traitement sera donc terminé. Et je pourrai normalement reprendre mon travail.

Publicité
Les maladies de A à Z