Zoom

Parkinson : les symptômes non moteurs | Parkinson: niet-motorische symptomen

Parkinson : les symptômes non moteurs

Dépression, hallucinations, troubles du sommeil…, les symptômes non moteurs de la maladie de Parkinson sont souvent méconnus. Ils peuvent pourtant avoir un retentissement important au quotidien. 

Des symptômes non moteurs fréquents

Trouble de la marche, tremblements…, les difficultés liées au mouvement ne sont pas les seuls symptômes de la maladie de Parkinson. Environ 20% des patients présentent en effet des symptômes non moteurs au moment du diagnostic. Ceux-ci deviennent plus fréquents au fil de l’évolution de la maladie: jusqu’a 80% des parkinsoniens développeront au moins l’un de ces symptômes non moteurs à des stades plus avancés de la maladie. Comment peuvent se matérialiser ces difficultés?

Quels symptômes non moteurs?

  • Dépression: elle est fréquente chez les parkinsoniens. On ne sait toutefois pas si elle est une conséquence directe de la diminution de dopamine dans le cerveau ou si elle résulte du fardeau que représente la maladie.
  • Hallucinations: la personne parkinsonienne peut également voir des personnes, des objets, des animaux, etc. qui n’existent pas.
  • Troubles cognitifs: ils sont fréquents (jusqu’à 75 à 90% des patients) et se manifestent par des troubles de la mémoire, de l’attention, des difficultés à planifier certaines tâches…
  • Sialorrhée(l'écoulement de la salive hors de la bouche): elle est la conséquence de problèmes de déglutition.
  • Dysphagie: elle se manifeste par des difficultés à avaler des aliments liquides ou solides(considérées par certains comme des symptômes moteurs).
  • Constipation: elle concernerait 3 personnes sur 4 atteintes de la maladie de Parkinson.
  • Diminution ou perte de l’odorat: elle peut survenir parfois plusieurs années avant l’apparition des premiers symptômes moteurs.
  • Diplopie (vision dédoublée).
  • Douleurs musculaires inexpliquées et diffuses.
  • Troubles du sommeil paradoxal: il arrive que certains patients «vivent» leur rêve pendant leur sommeil et se débattent par exemple alors qu’ils rêvent qu’ils font face à un agresseur.
  • Insomnie.
  • Hypersomnolence en journée.
  • Hypotension orthostatique: elle se manifeste par une chute brutale de la tension artérielle lorsque la personne se lève et par des «vertiges». Elle peut être à l’origine de chutes.
  • Troubles urinaires.
  • Troubles sexuels, principalement des troubles de l’érection.
  • Transpiration excessive.
  • Etc.

Bon à savoir: la liste ci-dessus reprend les symptômes non moteurs qui peuvent survenir. Une personne atteinte de la maladie de Parkinson développera sûrement au cours de la maladie certaines de ces difficultés mais pas toutes à la fois.

Comment y faire face?

Vous pensez souffrir de certains de ces symptômes non moteurs? N’hésitez pas à en parler à votre médecin. Il vérifiera si ceux-ci sont bien liés à la maladie de Parkinson et pourra éventuellement vous proposer des solutions. Des injections de toxine botulique peuvent par exemple être efficaces contre la sialorrhée. Des séances de rééducation chez un logopède peuvent également être utiles face aux problèmes de déglutition.

Dans certains cas, fractionner ou modifier le traitement médicamenteux peut également permettre d’atténuer certains de ces symptômes non moteurs

Publicité
Les maladies de A à Z