Parkinson

Chirurgie

Maladie de Parkinson: deux grands types de chirurgie

Greffe de cellules souches

Il y a plusieurs années, une idée séduisante est apparue. Puisque la maladie de Parkinson est caractérisée par un manque de production de dopamine, il pourrait être utile de greffer des cellules souches embryonnaires dans le cerveau de patients pour permettre un redémarrage de cette production. Les cellules souches venant d'embryon ont, en effet, la capacité de se différencier en cellules spécialisées et notamment en cellules productrices de dopamine.

Ces traitements semblent très prometteurs d’autant que la recherche permet actuellement d’entrevoir la possibilité d’obtenir des cellules souches sans passer par des embryons. Mais ce traitement reste actuellement du domaine de la recherche.

Stimulation cérébrale profonde

Une autre méthode chirurgicale, la stimulation cérébrale profonde, est actuellement pratiquée dans plusieurs services neurochirurgicaux belges. Elle consiste à stimuler certaines zones profondes du cerveau (noyaux sous-thalamique) grâce à des électrodes implantées chirurgicalement. La stimulation électrique est contrôlée par le patient grâce à  un boîtier placé sous la peau au niveau du thorax. Couramment pratiquée en Belgique, cette intervention reste réservée à un nombre très limité de patients présentant une maladie de Parkinson sévère, non contrôlée par les médicaments. Les patients pouvant bénéficier d'une stimulation cérébrale sont sélectionnés suivant de nombreux critères dont l'absence de troubles cognitifs (intellectuels). On estime qu’une centaine de patients sont opérés chaque année dans notre pays.

Ecrit par Dr Philippe Violon

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
Publicité
Les maladies de A à Z