Zoom

ergotherapie_493x200

Parkinson: l’ergothérapie, ça sert à quoi?

C’est bien connu: plus la maladie de Parkinson évolue, plus les petits gestes du quotidien deviennent un vrai casse-tête. Heureusement, l’ergothérapie est là pour vous faciliter la vie.

Ergothérapie et maladie de Parkinson

Une hospitalisation est souvent l’occasion pour le parkinsonien de rencontrer un ergothérapeute. L’intérêt de l’ergothérapie? Trouver des solutions à des problèmes d’ordre pratique : se glisser dans la baignoire, boutonner sa chemise, découper un morceau de steak… Bref, le genre d’actions qui se compliquent lorsque la maladie de Parkinson évolue.

Phase 1: Etablir un bilan

Premier objectif de l'ergothérapeute? Identifier les difficultés que le parkinsonien rencontre au quotidien. Pour cela, il va bien sûr l’interroger, mais aussi questionner ses proches. Une phase d’observation lui permet également de voir comment le patient se débrouille pour manger, se laver, monter l’escalier, etc. Certains hôpitaux et mutuelles proposent même d’envoyer un ergothérapeute au domicile pour repérer les aménagements susceptibles de lui faciliter la vie.

Phase 2: Trouver des solutions pratiques

Le travail de l’ergothérapeute se structure autour de deux axes:

  • la rééducation du patient
  • l’adaptation de son environnement.

En quoi consistent les séances consacrées à la rééducation? Tout simplement à apprendre les bons gestes pour, par exemple, enfiler plus facilement son pantalon ou se lever du lit sans tomber ni risquer la chute de tension. Ces séances permettent aussi de découvrir quelques objets bien pratiques: l’enfile-boutons pour boutonner sa chemise en un clin d’œil, ou encore les couverts à large poignée antidérapante pour ne plus se battre avec la nourriture.

Phase 3: Aménager le domicile du patient

Enfin, l’ergothérapeute réfléchit aux moyens d’adapter le domicile du patient pour le rendre plus accessible et, surtout, éviter les accidents. Parfois, de petits changements suffisent à prévenir le risque de chutes: retirer les tapis, fixer correctement la moquette, placer des barres d’appui dans la toilette et la salle de bain, etc. Si le budget du patient le permet, des aménagements plus importants peuvent aussi être envisagés: installation d’une baignoire à porte ou d’une chaise montante pour éviter l’escalier, par exemple. Ce dernier système est trop coûteux et l’accès à l’étage vraiment périlleux? Il faudra sans doute songer à réaménager complètement le rez-de-chaussée pour en faire le lieu de vie permanent du patient. Là encore, l’ergothérapeute peut fournir de précieux conseils, de manière à rendre l’espace à la fois pratique et agréable.

Publicité
Les maladies de A à Z