Zoom

hallucinations-parkinson-hallucinaties_493x200

Parkinson: briser le tabou des hallucinations

Les hallucinations dans la maladie de Parkinson ne sont pas rares. Il est important d’en aviser le médecin pour qu’il puisse en rechercher les causes et, dans la mesure du possible, les traiter.

Une personne qui présente des hallucinations prend pour vraie, une vision (plus rarement un son) qui ne l’est pas pour son entourage. Selon les cas, le patient est plus ou moins conscient que sa perception ne cadre pas avec la réalité. "Un parkinsonien qui a des hallucinations voit généralement des personnes (qu’il connaît ou pas) et des animaux", explique le Pr Patrick Santens (service de Neurologie, UZ Gent). "Il a l’impression qu’il y a quelqu’un dans la pièce alors qu’il n’y a personne. Ou il voit quelque chose ou quelqu’un passer dans son champ de vision. Il est moins fréquent chez les patients parkinsoniens d’entendre des bruits ou des voix."

Un symptôme qui n’est pas rare

Difficile de déterminer combien de patients atteints de la maladie de Parkinson souffrent d’hallucinations et à quel stade de la maladie ce trouble apparaît. En effet, bons nombres d’entre eux n’en parlent pas par peur d’être considérés comme fous ou déments. Une étude récente a toutefois mis en évidence que les hallucinations ne sont pas rares chez ces patients et peuvent déjà se produire dans les cinq années qui suivent le diagnostic de la maladie. Plus le patient est atteint de la maladie de Parkinson depuis longtemps, plus le risque d’hallucinations augmente.

Hallucinations : les causes possibles

Chez les parkinsoniens, les hallucinations peuvent avoir différentes causes. Certains médicaments administrés dans le cadre de la maladie de Parkinson, comme les agonistes dopaminergiques, peuvent provoquer des hallucinations. Le risque n’est pas identique pour toutes les catégories de médicaments et dépend des sensibilités individuelles. Les personnes souffrant de troubles de la mémoire ou des difficultés d’organisation de leurs activités quotidiennes sont plus fréquemment sujettes aux hallucinations. Les troubles du sommeil majorent aussi le risque. Ainsi qu’une déshydratation ou une infection.

Parler des hallucinations au médecin

Il est important de signaler l'apparition d’hallucinations à son neurologue. Les proches ne doivent pas non plus hésiter à lui en faire part s’ils constatent des réactions ou des paroles bizarres. "Si vous vous rendez compte que la personne prend véritablement ses hallucinations pour la réalité, n’essayez pas de la convaincre du contraire. Mais parlez-en au médecin." Adaptation du traitement, examens complémentaires…Tout sera mis en œuvre pour essayer de les contrôler.

Publicité
Les maladies de A à Z