Zoom

rasagiline_493x200

Parkinson: peut-on freiner son évolution?

L'évolution de la maladie de Parkinson pourrait-elle être ralentie? C'est ce que montrent les résultats d'une étude scientifique portant sur un médicament: la rasagiline.

Le challenge de la neuroprotection

Le principal défi médical de la maladie de Parkinson reste à l'heure actuelle la préservation des neurones dopaminergiques. Lorsque les premiers symptômes apparaissent, la maladie évolue chez la plupart des patients depuis 5 à 10 ans. Leur réserve en neurones producteurs de dopamine a donc déjà considérablement diminué. L'objectif de la neuroprotection est d'essayer de préserver les neurones dopaminergiques restants. Même si de nombreux agents ont montré des effets neuroprotecteurs dans le cadre d'études menées en laboratoires, aucun n'a jamais été concluant sur des patients parkinsoniens.

Des traitements surtout symptomatiques

Aujourd'hui, les différents traitements disponibles comme la lévodopa ou les agonistes dopaminergiques n'agissent que sur les symptômes. Ils permettent d'améliorer le quotidien des patients, mais ne produisent pas d'effet direct sur l'évolution de la maladie.

Une première dans l'évolution de la maladie de Parkinson

La progression de la maladie pourrait en revanche être ralentie par la rasagiline, un IMAO B (inhibiteur irréversible de la monoamine oxydase B), comme le confirme une étude récente. Ce résultat constitue une véritable première.

L'efficacité d'une dose unique de rasagiline

Les scientifiques ont procédé à une expérience dans laquelle ils ont administré, à 1.176 patients parkinsoniens à un stade précoce, soit de la rasagiline, soit un placebo pendant 9 mois. Les 9 mois suivants, les 2 groupes ont reçu la rasagiline. Les résultats, publiés dans le New England Journal of Medicine en septembre 2009 (1), montrent qu'1 mg de rasagiline pris quotidiennement, a des effets directs sur l'évolution de la maladie. Les scientifiques estiment que cliniquement, la maladie a progressé moins rapidement chez les patients parkinsoniens qui avaient pris 1 mg de rasagiline pendant 18 mois par rapport aux autres patients.
Même s'il n'existe pas encore de traitement permettant de stopper la maladie, ces résultats sont d'ores et déjà très encourageants!

Publicité
Les maladies de A à Z