Zoom

sep-et-depression-4-questions-ms-en-depressie-in-4-vragen_940x400

SEP et dépression en 4 questions

30 à 50% des personnes atteintes de SEP souffriront d'une dépression au cours de leur vie. Ces troubles dépressifs ne sont pourtant pas toujours détectés et pris en charge de manière optimale.

Pourquoi la dépression est-elle plus fréquente en cas de sclérose en plaques (SEP)?

Plusieurs hypothèses ont été avancées:

  • Sans grande surprise, faire face à une maladie chronique peut favoriser la survenue d'une dépression. «Toutefois, il semble que les personnes atteintes de sclérose en plaques sont davantage touchées par les troubles dépressifs que celles qui souffrent d'autres pathologies chroniques», indique le Dr Pierrette Seeldrayers, chef de service de neurologie du CHU de Charleroi.
  • Un lien physiologique? Des études ont suggéré que la dépression en cas de SEP pourrait être liée à des lésions dans certaines régions du cerveau*.
  • Certains médicaments, dont les interférons et les corticoïdes à hautes doses utilisés pour traiter les poussées, ont été mis en cause dans la survenue d'une dépression sans que cela ait été formellement étayé. Le traitement par interférons-beta est néanmoins contre-indiqué chez les patients SEP souffrant d'un épisode de dépression sévère et/ou d'idées suicidaires.
  • La fatigue, un symptôme qui touche une grande majorité des personnes atteintes de SEP, pourrait également exacerber les troubles dépressifs.

«En tout état de cause, la dépression est un phénomène multifactoriel et plusieurs paramètres peuvent concourir à l'apparition de cette maladie», rappelle le Dr Seeldrayers.

La dépression peut-elle avoir un impact sur l'évolution de la SEP?

«La dépression n'accroît pas le risque de poussée de la SEP mais elles peut accentuer certains symptômes, comme les troubles cognitifs (les difficultés de concentration, notamment) induits par la maladie», signale le Dr Seeldrayers.
En outre, la dépression diminue la qualité de vie et peut empêcher une prise en charge optimale de la SEP.
«Il faut donc être attentif aux premiers signes de la dépression pour ne pas la laisser s'installer et s'aggraver», préconise le Dr Seeldrayers.

Dépression en cas de SEP: comment la déceler?

«Certains symptômes de la dépression semblent plus marqués chez les personnes atteintes de SEP: une plus grande irritabilité et /ou une forte anxiété en sont souvent les premiers signes», observe le Dr Seeldrayers. «Les troubles de l'humeur fluctuent aussi davantage dans le temps.»
D'autres symptômes peuvent également se manifester: tristesse intense, fatigue persistante, troubles du sommeil et de l'appétit, difficultés à prendre des décisions, perte d'intérêt et de plaisir, sentiment d'inutilité... S'il est normal d'«accuser le coup» à l'annonce du diagnostic et de connaître des moments de déprime de temps à autre, ces passages à vide deviennent pathologiques dès lors qu'ils interfèrent avec la vie quotidienne de la personne atteinte. Au moindre doute, mieux vaut en parler avec son médecin.

Dépression en cas de SEP: comment la prendre en charge?

En cas de dépression d'intensité modérée à sévère, l'association d'un traitement antidépresseur médicamenteux et d'une psychothérapie peut être proposée.
«Les personnes atteintes de SEP semblent répondre aux antidépresseurs de la même manière que les autres. Et ces médicaments n'entrent généralement pas en interaction avec leur propre traitement», détaille le Dr Seeldrayers.
Du côté de la psychothérapie, les thérapies cognitivo-comportementales sont particulièrement adaptées aux personnes atteintes de SEP. «Ce type de prise en charge leur permet d'apprendre à s'adapter à la situation», explique le Dr Seeldrayers. «La psychothérapie, mais aussi les groupes de parole, peuvent d'ailleurs aider toute personne atteinte de SEP, qu'elle soit ou non touchée par la dépression, à mieux accepter la maladie et ses conséquences. Les techniques comme la Mindfulness constituent également un outil intéressant.»
Dernière piste, et non des moindres, pour combattre la dépression: il a été prouvé que l'exercice physique pourrait avoir un effet favorable sur la fatigue et atténuer les symptômes dépressifs. À vos chaussures de sport!

*À degré de handicap égal, la dépression en cas de SEP serait plus fréquente lorsque le handicap est lié à des lésions cérébrales que lorsqu'il découle de lésions médullaires (de la moelle épinière).

Publicité
Les maladies de A à Z