Sclérose en plaques

Comprendre

Les plaques: zones d'inflammation caractéristiques de la SEP

Formation d'une plaque

Le système immunitaire des patients atteints de sclérose en plaques (SEP) s'attaque à la gaine des neurones, la myéline, comme s'il s'agissait d'un intrus, d'un ennemi (bactérie, tumeur...). Cette attaque de la gaine de myéline par des anticorps se manifeste par l'arrivée de nombreux globules blancs dans une zone limitée du cerveau ou de la moelle. L'inflammation provoque alors, dans cette zone précise, la destruction de la myéline des axones mais aussi, souvent, des axones eux-mêmes: c'est la plaque, c'est-à-dire la zone d'inflammation caractéristique de la maladie.

Rémission et récupération

L'inflammation s'arrête souvent d'elle-même. Débute alors la phase de rémission. Durant cette phase de récupération, l'inflammation disparaît, certains axones survivent et une partie de la myéline se reforme, permettant au patient de récupérer. Les zones détruites sont remplacées par une cicatrice: c'est la sclérose.

La récupération après une poussée est probablement liée à 2 phénomènes:

  • L'arrêt de l'inflammation au niveau de la zone atteinte du cerveau ou de la moelle et la reformation partielle de la myéline détruite.
  • En cas de destruction des axones, la prise en charge par des groupes de neurones sains des fonctions auparavant accomplies par les neurones abîmés lors de la poussée.
Quand l'inflammation ne s'arrête pas

Dans certains cas, l'inflammation et la destruction des neurones est d'emblée permanente, sans phase de récupération. Il s'agit de la forme primaire progressive.

Ecrit par Dr Emmanuel BartholoméLire l’article suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
plaques_180x180
Publicité
Les maladies de A à Z