Zoom

ergotherapeute-ergotherapeut_493x200

Un ergothérapeute, ça sert à quoi?

Pour conserver un maximum d'autonomie, le recours à un ergothérapeute n'est jamais inutile. Mais en quoi consiste son travail? Et que peut-il faire pour la personne atteinte de sclérose en plaques?

Les séquelles laissées par les poussées peuvent affecter les capacités fonctionnelles d'une personne atteinte de sclérose en plaques. Les gestes du quotidien - se lever, se déplacer, faire la cuisine, etc. - peuvent devenir difficiles à accomplir. Heureusement, il est possible de pallier ces handicaps. C'est la mission de l'ergothérapeute.

SEP: les objectifs de l'ergothérapie

«L'ergothérapie consiste à évaluer les capacités et incapacités de la personne, à lui proposer des stratégies rééducatives et, si nécessaire, à adapter son environnement à son état de santé», explique Marianne Dhem, ergothérapeute au Centre neurologique et de réadaptation fonctionnelle de Fraiture-en-Condroz. «Exemples: poser des barres d'appui dans la salle de bain et les toilettes, adapter la hauteur du plan de travail dans la cuisine, installer une rampe d'accès devant la maison, choisir un fauteuil roulant ou électrique, etc.»

Comment travaille l'ergothérapeute en cas de sclérose en plaques?

L'ergothérapeute commence d'abord par faire le bilan des capacités physiques et fonctionnelles de la personne. La sclérose en plaques étant une maladie évolutive, il faut anticiper l'avenir et voir les choses à long terme. Si nécessaire, l'ergothérapeute se rend ensuite au domicile du patient, afin d'analyser dans quelle mesure il est adapté à son état' ou pas. «Chaque personne est différente», poursuit Mme Dhem. «Nous tenons compte de son fonctionnement, ses habitudes de vie, ses envies et ses objectifs personnels.»

Ergothérapie: un travail d'équipe... et en famille

Le travail de l'ergothérapeute procède d'une réflexion pluridisciplinaire. Médecin, kinésithérapeute, logopède ou encore assistante sociale réfléchissent ensemble aux moyens de faciliter le quotidien du patient. Mais ils ne sont pas les seuls. «Le patient est partie prenante du travail à accomplir. Le rôle de l'entourage - la famille, le (la) conjoint(e), etc. - est essentiel aussi. Tout le monde doit être associé, comprendre et savoir se servir correctement des aménagements que nous proposons.» Objectif ultime: assurer à tous, patient et aidants, la meilleure qualité de vie, le plus longtemps possible.

Publicité
Les maladies de A à Z