Zoom

sep-poussee-symptomes-ms-opstoot-symptomen_493x200

Poussée ou fluctuation des symptômes?

La vue qui se voile, des fourmillements dans les pieds, la marche qui devient instable... S'agit-il d'une poussée ou simplement d'une fluctuation des symptômes?

Dans quel cas parle-t-on de poussée?

Dans la sclérose en plaques, les médecins parlent de poussées dans trois cas:

  • lorsqu'un nouveau symptôme apparaît,
  • lors de la réapparition d'un symptôme qui avait disparu,
  • lorsqu'un symptôme qui était déjà présent s'aggrave nettement.

Cependant, l'aggravation ou la réapparition d'un symptôme ne correspondent pas toujours à une nouvelle poussée mais parfois simplement à une fluctuation des symptômes.

La limite des 24 heures

Quelle que soit la situation, les symptômes doivent être présents pendant au moins 24 heures d'affilée pour considérer qu'il y a une poussée. Pas de panique donc si votre jambe picote pendant quelques heures ou si votre joue reste endormie quelques dizaines de minutes, voire quelques heures!

Des situations de "faiblesse"

Par ailleurs, une augmentation de la température du corps peut aggraver des symptômes déjà présents voire faire réapparaître de manière transitoire des symptômes anciens.
Les fluctuations des symptômes ne sont alors pas dues à une nouvelle poussée mais liées à des conditions extérieures particulières. De même, outre la fièvre, la chaleur, la fatigue, le sommeil, le stress, la période prémenstruelle pour les femmes, peuvent être à l'origine d'une aggravation transitoire des symptômes.

Comment réagir?

Il est important de bien différencier une fluctuation de symptômes, d'une poussée. Ces deux événements demandent en effet des prises en charge très différentes. Les fluctuations de symptômes peuvent être considérées comme un signal de votre corps. Elles vous avertissent qu'il est nécessaire de ralentir le rythme: reposez-vous un peu!
Par contre, une poussée sera traitée médicalement par cortisone intraveineuse.
Comme fluctuations et poussées ne sont pas toujours faciles à distinguer, n'hésitez pas à en parler avec votre neurologue.

Publicité
Les maladies de A à Z