Zoom

sep-problemes-vessie-ms-blaas-problemen-493x202

SEP: quand la vessie fait des siennes…

La sclérose en plaques peut, dans certains cas, provoquer des problèmes urinaires. En cause: une vessie qui échappe à tout contrôle. Que se passe-t-il? Et quelles sont les solutions?

Sclérose en plaques et vessie hyperactive

De nombreux patients touchés par la sclérose en plaques souffrent d’un fonctionnement perturbé de la vessie pouvant provoquer besoins urgents d’uriner et, parfois, pertes involontaires d’urine.

Vessie et sphincter hors de contrôle dans la SEP

Pour comprendre le phénomène, il faut d’abord se pencher sur le fonctionnement normal de la vessie. La paroi de la vessie, qui sert de réservoir à l’urine, est un muscle fermé par un sphincter, sorte de porte empêchant l’urine de s’écouler. Lorsque la vessie est suffisamment remplie, nous ressentons le besoin d’uriner. Quand nous sommes aux toilettes, le muscle de la vessie se contracte et le sphincter se relâche pour permettre à l’urine de s’évacuer. Ces mécanismes assez complexes de contraction de la vessie et de relâchement du sphincter sont sous le contrôle du cerveau et de la moelle épinière.

Les lésions de la sclérose en plaques dans le cerveau et la moelle épinière peuvent perturber le fonctionnement normal de la vessie. Elle devient hyperactive: elle se contracte de manière incontrôlée.

Quels sont les signes d’une vessie hyperactive?

La vessie hyperactive se manifeste par des besoins urgents et fréquents d’uriner, y compris la nuit. Cette nécessité impérieuse d’aller aux toilettes, même quand la vessie n’est pas remplie, peut aussi s’accompagner de pertes d’urine.

Après un certain temps, des problèmes de vidange de la vessie peuvent également apparaître. Le besoin de se rendre d’urgence aux toilettes se fait sentir mais, une fois arrivé sur place, il est difficile de vider entièrement sa vessie. L’urine y stagne trop longtemps, ce qui augmente le risque d’infection des voies urinaires.

Vessie hyperactive: quelles solutions?

Pour remédier à l’hyperactivité de la vessie, il faut d’abord renforcer les muscles du plancher pelvien par le biais d’exercices réalisés avec l’aide d’un kiné.

Il existe en outre des médicaments efficaces pour aider les personnes concernées à ne pas uriner de manière intempestive. Ces médicaments agissent en bloquant certains récepteurs (à l’acétylcholine) situés sur le muscle de la vessie. Ils réduisent les contractions involontaires de la vessie.

Quelle que soit l'importance de vos troubles urinaires, parlez-en à votre médecin. Votre neurologue peut vous orienter vers un urologue, qui étudiera la solution la mieux adaptée à votre problème.

Publicité
Les maladies de A à Z