Zoom

sep-style-de-vie-ms-levenstijl_493x200

L’impact de votre mode de vie sur la SEP

Une étude belge a tenté d'évaluer l'influence du mode de vie sur l'évolution de la sclérose en plaques. Avec des résultats surprenants.

Une fois le diagnostic de sclérose en plaques posé, vient très vite la question de la rapidité d'évolution de la maladie. Celle-ci est pratiquement imprévisible... Et les médecins connaissent encore très mal les facteurs qui l'influencent. Pour mieux cerner ces facteurs, une équipe de chercheurs belges a envoyé un questionnaire aux membres de la ligue flamande MS-Liga.

Les questions portaient sur certaines habitudes, et sur le moment auquel les patients avaient atteint un stade de handicap EDSS 6 (besoin d'une canne pour marcher 100 m). En comparant les réponses, les scientifiques ont pu évaluer l'impact de certains éléments de notre mode de vie sur l'évolution de la sclérose en plaques.

Poisson, alcool et café contre la SEP

Les auteurs ont évalué l'influence sur l’évolution de la sclérose en plaques de la consommation d'alcool (vin ou autres boissons alcoolisées), de boissons caféinées (thé et café), de poisson (gras et maigre) et de cigarettes.

Conclusion:

  • Les personnes qui boivent de l'alcool, vin ou autres (entre 1 verre par semaine et 2 verres par jour) voient l'évolution de leur SEP ralentie par rapport à celles qui n'en boivent pas du tout.
  • Boire du café chaque jour diminue aussi la progression de la maladie.
  • Manger du poisson au moins 2 fois par semaine est également bénéfique.

En revanche, le tabagisme augmente le risque d'être handicapé par la maladie.

On parle ici uniquement des scléroses en plaques qui progressent par poussées. La forme progressive ne semble pas être affectée par le mode de vie, ou en tout cas pas par ces facteurs précis.

Comment expliquer ces effets sur la SEP?


Les scientifiques ne sont pas certains du mécanisme d'action de ces différentes habitudes sur la sclérose en plaques. Certaines influences sont cependant connues:

  • L'alcool aurait un impact bénéfique sur le système immunitaire, et diminuerait l'inflammation.
  • La caféine semblerait elle aussi lutter contre l'inflammation; elle protège aussi le système nerveux.
  • Les acides gras présents dans le poisson ont un effet anti-inflammatoire. Les auteurs rappellent aussi que manger beaucoup de poisson est souvent la preuve d'un style de vie plus favorable à la santé. D'autres habitudes qui vont de pair avec une consommation élevée de poisson pourraient donc aussi expliquer le phénomène.

On comprend moins bien l'effet néfaste du tabagisme sur la SEP, mais d'autres études ont confirmé son existence.

On peut donc conseiller à tous de miser sur une vie sans tabac et une alimentation qui met le poisson au menu au moins deux fois par semaine. Quant à l'alcool et au café, ils peuvent être consommés… mais avec modération!

D'Hooghe, M.B., European Journal of Neurology 2012, 19: 616–624

Publicité
Les maladies de A à Z