Zoom

troubles-sexuels-seksuele-stoornissen_493x200

Quand la SEP s'invite au lit

Le lit conjugal est devenu source de frustration? Pas de panique, les troubles sexuels sont fréquents en cas de sclérose en plaques, mais pas insolvables! Parlez-en rapidement avec votre neurologue.

50 à 70% des patients SEP font face un jour à des troubles sexuels. Baisse de la libido ou du plaisir, douleurs, diminution de la lubrification vaginale ou troubles de l'érection… Les problèmes rencontrés peuvent être divers, tout comme leurs causes. Première étape: trouver leur source.

Troubles sexuels: symptôme d'une plaque?

C'est bien connu, le sexe, ça passe aussi par la tête! Et ceci n'est pas qu'une image… Notre fonction sexuelle est régulée par notre cerveau (et notre moelle épinière). Au cours d'une poussée de la maladie, si une plaque d'inflammation apparaît au niveau d'une zone impliquée dans la sexualité, celle-ci peut donc en être altérée!

A la clé, des troubles de l'érection, de l'éjaculation, une diminution des perceptions au niveau génital voire l'apparition de sensations désagréables: picotements, brûlures… Mais pas de panique! Les symptômes de la sclérose en plaques fluctuent, surtout au début de la maladie. Ces troubles peuvent disparaître lors des phases de rémission.

Les médicaments en cause

Les médicaments sont souvent à l'origine des troubles sexuels. C'est pourquoi votre neurologue fera l'inventaire des traitements potentiellement néfastes pour vos ébats amoureux. Pas question pour autant de les arrêter, au détriment de votre qualité de vie! Mais bien de les ajuster à une dose qui ne mette pas en péril votre vie intime. Sachez par contre que le traitement de fond que vous vous injectez tous les jours n'altère pas votre fonction sexuelle.

Baisse de la libido: l'impact des symptômes de la SEP

Certains symptômes de la sclérose en plaques peuvent également jouer un rôle indirect dans votre sexualité en berne.

  • Spasticité: entrainant des réflexes involontaires (crampes, spasmes), ce symptôme peut rendre le rapport sexuel difficile.
  • Incontinence à l'effort: une perte involontaire d'urine peut se produire lors de l'orgasme. Une situation gênante qui peut engendrer de l'appréhension lors des rapports suivants.
  • Fatigue: influant fortement sur la libido, l'état de fatigue doit être pris en compte pour le choix du moment du rapport. Mieux vaut éviter une heure tardive.
  • Etat dépressif: la dépression, fréquente en cas de sclérose en plaques, peut être une source de la baisse du désir.

Parlez-en rapidement à votre neurologue

N'attendez pas avant d'aborder la question avec votre neurologue. Les solutions sont nombreuses:

  • adaptation de vos traitements,
  • séances de kiné pour remuscler le périnée en cas d'incontinence,
  • recherche de positions et de moments plus confortables pour les rapports,
  • discussion avec un sexologue ou un psychologue,
  • prise de médicaments facilitateurs d'érection ou de lubrificateurs vaginaux.

Surtout évitez de vous enfoncer dans un cercle vicieux où le sexe devient source d'inquiétude. Plus vite vous en parlerez, plus vite vous retrouverez une activité sexuelle épanouissante!

Publicité
Les maladies de A à Z