Sclérose en plaques

Symptômes

SEP: zoom sur les troubles sphinctériens et les troubles sexuels

Les symptômes de la sphère urogénitale:
  • les urgences à la miction (le fait d'uriner) ou à la défécation;
  • les difficultés à vider la vessie;
  • la constipation;
  • l'incontinence;
  • les douleurs et les troubles sensitifs au niveau du périnée;
  • les troubles de l'érection et de l'éjaculation;
  • l'incapacité d'atteindre l'orgasme;

... sont autant de symptômes qui peuvent se présenter dans la sclérose en plaques. Ces troubles sont souvent négligés par les neurologues et difficiles à évoquer pour le patient. Pourtant des traitements existent qui peuvent permettre de restaurer un certain confort de vie.

Oser en parler!

Le premier pas à franchir est d'en parler à son médecin. Un bilan simple est réalisé pour établir la nature des troubles et un traitement adapté proposé. Pour les cas plus complexes, l'intervention d'un spécialiste peut s'avérer nécessaire. De nouvelles techniques se développent actuellement et il serait dommage de ne pas en profiter.

Ecrit par Dr Emmanuel BartholoméLire l’article suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
troubles-sphincteriens-troubles-sexuels-sfincterstoornissen-seksuele-stoornissen_180x180
Témoignages

L'échelle EDSS: un outil d'évaluation de la SEP



Bien que critiquée, l’échelle EDSS reste le principal outil, commun à tous les neurologues, pour évaluer l’évolution des patients SEP. Elle permet de déterminer le type de SEP et peut être utilisée pour justifier le remboursement par la mutuelle de certains médicaments ou demander une reconnaissance de handicap. Plus l’atteinte neurologique est importante, plus le score de l’échelle EDSS est élevé. Notons cependant que les scores supérieurs à 7 sont rares. La grande majorité (+/- 75%) des patients SEP n’auront en effet jamais besoin d’un fauteuil roulant. À l’heure actuelle, seules les personnes souffrant des formes les plus agressives de la maladie doivent, à terme, se déplacer en fauteuil roulant.

L'échelle EDSS: un outil d'évaluation de la SEP



Bien que critiquée, l’échelle EDSS reste le principal outil, commun à tous les neurologues, pour évaluer l’évolution des patients SEP. Elle permet de déterminer le type de SEP et peut être utilisée pour justifier le remboursement par la mutuelle de certains médicaments ou demander une reconnaissance de handicap. Plus l’atteinte neurologique est importante, plus le score de l’échelle EDSS est élevé. Notons cependant que les scores supérieurs à 7 sont rares. La grande majorité (+/- 75%) des patients SEP n’auront en effet jamais besoin d’un fauteuil roulant. À l’heure actuelle, seules les personnes souffrant des formes les plus agressives de la maladie doivent, à terme, se déplacer en fauteuil roulant.

L'échelle EDSS: un outil d'évaluation de la SEP



Bien que critiquée, l’échelle EDSS reste le principal outil, commun à tous les neurologues, pour évaluer l’évolution des patients SEP. Elle permet de déterminer le type de SEP et peut être utilisée pour justifier le remboursement par la mutuelle de certains médicaments ou demander une reconnaissance de handicap. Plus l’atteinte neurologique est importante, plus le score de l’échelle EDSS est élevé. Notons cependant que les scores supérieurs à 7 sont rares. La grande majorité (+/- 75%) des patients SEP n’auront en effet jamais besoin d’un fauteuil roulant. À l’heure actuelle, seules les personnes souffrant des formes les plus agressives de la maladie doivent, à terme, se déplacer en fauteuil roulant.

L'échelle EDSS: un outil d'évaluation de la SEP



Bien que critiquée, l’échelle EDSS reste le principal outil, commun à tous les neurologues, pour évaluer l’évolution des patients SEP. Elle permet de déterminer le type de SEP et peut être utilisée pour justifier le remboursement par la mutuelle de certains médicaments ou demander une reconnaissance de handicap. Plus l’atteinte neurologique est importante, plus le score de l’échelle EDSS est élevé. Notons cependant que les scores supérieurs à 7 sont rares. La grande majorité (+/- 75%) des patients SEP n’auront en effet jamais besoin d’un fauteuil roulant. À l’heure actuelle, seules les personnes souffrant des formes les plus agressives de la maladie doivent, à terme, se déplacer en fauteuil roulant.
Publicité
Les maladies de A à Z