Témoignages

gerer-spasticite-quotidien-aanpakken-spasticiteit-dagelijkse-leven_238x120

Gérer la spasticité au quotidien

Marie, 59 ans

Depuis deux ans, Marie s'occupe de sa mère, victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC). Son métier d'infirmière à domicile est un atout pour gérer la spasticité au quotidien.

Spasticité post-AVC: des conséquences importantes

Depuis son AVC, ma mère souffre d'une hémiplégie et de différents troubles qui l'handicapent beaucoup. Elle ne pouvait plus vivre seule. Il a donc fallu prendre une décision: la placer en institution ou l'installer chez moi. J'ai opté pour la deuxième solution. D'autant plus qu'en tant qu'infirmière à domicile, je savais pouvoir m'occuper d'elle convenablement.

Gérer la spasticité au quotidien

Après son AVC, elle a rapidement développé de la spasticité sur tout le côté gauche du corps. La spasticité complique certaines tâches quotidiennes, comme la toilette. À cause de son bras spastique, il lui est plus difficile par exemple d'accéder à son aisselle pour la laver. J'ai donc dû trouver des solutions. Quand elle est dans son fauteuil, j'essaye en général de maintenir ses membres dans une position correcte à l'aide de coussins. De cette manière, elle est installée plus confortablement et nous évitons au maximum les rétractions musculaires. Gérer sa spasticité est un travail au quotidien... Mais quel plaisir lorsque je constate qu'elle se sent mieux!

 

 

Publicité
Les maladies de A à Z