Témoignages

spasticite-limiter-sequelles-avc-spasticiteit-beperken-gevolgen-cva_238x120

Spasticité: limiter les séquelles de l'AVC

Dr Patricia Redondo, neurologue au CHU Tivoli et membre du Belgian Stroke Council

En cas d'accident vasculaire cérébral (AVC), une prise en charge rapide est indispensable pour limiter les séquelles, parmi lesquelles la spasticité. Explications du Dr Patricia Redondo.

En cas d'AVC, on recommande de se rendre au plus vite aux urgences. Pourquoi?

"Pour limiter les séquelles d'un AVC, le traitement doit être donné au patient dans les 4 heures 30 qui suivent l'apparition subite des premiers symptômes: hémiplégie, perte de sensibilité d'un seul côté du corps..."

Que peut-on attendre de ce traitement?

"Le traitement – appelé thrombolyse – permet d'améliorer le pronostic fonctionnel du patient. C'est-à-dire, sa capacité à récupérer et sa probabilité de vivre normalement dans les mois qui suivent l'AVC. Dans certains cas, la récupération est complète; dans d'autres, la thrombolyse permet d'atténuer les séquelles à long terme: troubles du langage, cognitifs, moteurs... Et parmi ces séquelles motrices, la spasticité."

Le suivi du patient après un AVC est-il important pour la prise en charge d'une éventuelle spasticité?

"Oui, ce symptôme n'apparaît en général que quelques semaines après l'accident vasculaire cérébral. Il est important de surveiller le patient afin de le déceler le plus rapidement possible. Une prise en charge rapide de la spasticité peut en effet permettre de diminuer son impact et de prévenir l'apparition des douleurs ou des rétractions musculaires qui y sont liées."

Publicité
Les maladies de A à Z