Témoignages

depression-pas-assez-diagnostiquee-traitee-depressie-niet-voldoende-gediagnosticeerd-_behandeld_720x320

Dépression: pas assez diagnostiquée et traitée

Pr William Pitchot, psychiatre au Centre Hospitalier Universitaire de Liège - Sart-Tilman

Deux tiers des personnes déprimées suivies en consultation sont correctement diagnostiquées. Et parmi les patients traités pour un syndrome dépressif, seul un tiers est traité par antidépresseurs.

Y a-t-il beaucoup de patients dépressifs qui ont des difficultés à s’exprimer sur leur maladie et éprouvent de la honte, voire de la culpabilité à en parler et suivre un traitement?

Une faible proportion de patients déprimés fait la démarche de consulter un médecin. Dans le public, la dépression continue à avoir la réputation d’une maladie honteuse, associée à un état de paresse, à une faiblesse de caractère ou à un risque d’évolution vers la folie. Au terme de dépression, on préfère en général épuisement, fatigue psychique ou burn-out. En bref, on se défend d’être déprimé. Le sentiment de honte explique que les patients aient autant de difficultés à consulter leur médecin pour exprimer une souffrance psychique.

La dépression n’est dès lors pas suffisamment diagnostiquée et traitée.

Seuls deux tiers des déprimés suivis en consultation sont correctement diagnostiqués. Généralement, la personne dépressive se présente chez son médecin généraliste avec des plaintes somatiques comme des troubles du sommeil, des difficultés gastro-intestinales, de la fatigue ou une perte de poids. Et parmi les patients traités pour un syndrome dépressif, un tiers seulement reçoit un traitement antidépresseur. À cela s’ajoute le fait qu’une proportion importante de patients traités ne prend pas son traitement antidépresseur correctement. Le patient arrête prématurément son traitement ou l’oublie à plusieurs reprises. Malgré les recommandations concernant la durée du traitement (au moins 6 mois après avoir atteint la rémission), de 30 à 68% des patients arrêtent leurs antidépresseurs après 3 mois, ce qui augmente les risques de rechute.

Comment expliquer ces problèmes d’adhérence au traitement?

Il peut être expliqué par les effets secondaires des médicaments, le prix du traitement, la résistance du patient ou de sa famille à la prise d’antidépresseurs ou le manque d’informations transmises sur la maladie et le traitement prescrit. Il est important de faire changer les mentalités et d’améliorer la communication autour de la dépression.

Publicité
Les maladies de A à Z