Témoignages

facteurs-de-risques-risicofactoren_238x120

Thrombose veineuse: risque transitoire ou permanent?

Pr Cédric Hermans, chef du service d’hématologie des cliniques universitaires Saint-Luc

Dans la thrombose veineuse profonde (TVP), un facteur de risque n’est pas l’autre! Rencontre avec le Pr Cédric Hermans, chef du service d’hématologie des cliniques universitaires Saint-Luc.

En matière de thrombose veineuse profonde (TVP), pourquoi est-il important de différencier les facteurs de risques transitoires des facteurs de risques permanents?

Cédric Hermans: Parce que cela a un impact à la fois sur la durée du traitement et sur la prévention de la récidive. Prenons un exemple: une jeune femme de 25 ans prend la pilule et développe une thrombose dans ce contexte. Pour elle, le traitement est simple: on lui administre des anticoagulants (héparine) quelques jours, éventuellement un anticoagulant oral, le temps que tout rentre dans l’ordre, et surtout, on lui fait arrêter la pilule définitivement. Le facteur responsable de la thrombose veineuse profonde ayant disparu, a priori, elle n’aura plus de problème. Par contre, l’homme de 40 ans qui souffre d’une anomalie du sang d’origine génétique majorant le risque de thrombose ou qui développe une thrombose dans un ciel bleu, sans aucun facteur favorisant évident, présente un facteur de risque permanent. Le traitement anticoagulant devra donc être envisagé à plus long terme.

 

Quels sont les facteurs de risques de thrombose veineuse profonde les plus fréquents?

Les gens font des thromboses veineuses profondes le plus souvent à cause de risques transitoires, dans un contexte particulier. Une immobilisation prolongée suite à une opération ou une jambe cassée, par exemple. Chez les femmes, les contextes hormonaux particuliers, comme une grossesse ou la prise de contraceptifs à base d’œstrogènes, sont des causes de plus en plus fréquentes de thrombose veineuse profonde. Les cancers augmentent également le risque de thrombose et d’embolie pulmonaire.

Mais le facteur de risque n°1 de la thrombose veineuse, c’est d’en avoir déjà fait une! Il convient de protéger au mieux ces personnes contre les récidives et les situations à risque, tel qu’un long voyage en avion ou une immobilisation lors d'un accident ou d'un séjour hospitalier. Ceci passe par une prévention mécanique (le port de bas de contention) et/ou médicamenteuse (anticoagulants).

 

Quels sont les signes qui doivent pousser à consulter son médecin?

La thrombose veineuse profonde n’est pas toujours facile à diagnostiquer. Les symptômes sont plus ou moins visibles, apparaissent soit brusquement, soit insidieusement. Le plus souvent, la TVP est unilatérale. Elle peut provoquer une douleur dans la jambe, comme une crampe, un gonflement et/ou une rougeur.

Le diagnostic de l’embolie pulmonaire est encore plus difficile à poser. Elle va de la simple gêne thoracique qui augmente quand on inspire profondément jusqu’à la mort brutale, en passant par une toux ou un essoufflement inexpliqué.

Dans tous les cas, il s’agit d’être vigilant aux facteurs de risques connus et d’en informer son médecin. Et en cas de thrombose veineuse profonde avérée, il est essentiel d’en découvrir la ou les causes, afin de déterminer le traitement optimal, sa durée ainsi que les mesures préventives les plus adéquates.

Publicité
Les maladies de A à Z