Zoom

parents-anxieux-enfants-anxieux-angstige-ouders-angstige-kinderen_493x200

Parents anxieux = enfants anxieux?

Les enfants dont les parents souffrent d'un trouble anxieux sont plus à risque d'en développer un eux aussi. Une thérapie comportementale et cognitive pourrait diminuer ce risque.

Un plus grand risque de trouble anxieux

De nombreuses études ont démontré que les enfants dont les parents souffrent d'un trouble anxieux (phobie sociale, trouble anxieux généralisé, TOC...) sont plus à risque d'en développer un eux aussi. Selon le professeur Golda Ginsburg du Johns Hopkins Children's Center aux Etats-Unis, ce risque est deux à sept fois plus élevé que chez les enfants de parents en bonne santé.
Quelle en est la raison? Certes, ces enfants ont hérité d'une certaine prédisposition génétique pour les troubles anxieux. Mais, l'éducation et le comportement des parents jouent aussi un rôle. Les parents anxieux ont tendance à protéger trop leurs enfants ou à les mettre en garde contre des menaces qui n'en sont pas. Ils conditionnent de cette façon leurs enfants à éviter certaines pensées ou situations. Par exemple, un enfant qui reprend à son compte la peur des chiens de son père.

Eviter l'anxiété chez les enfants?

Le professeur Golda Ginsburg étudie actuellement la possibilité de prévenir les troubles anxieux chez ces enfants. Les résultats d'une première étude à petite échelle sur 40 familles sont d'ores et déjà positifs.
Dans le cadre de cette étude, 20 familles ont suivi le programme CAPS (Coping and promoting Strength). Ce programme se compose d'une heure par semaine de thérapie comportementale et cognitive pendant huit semaines. Son but: apprendre aux parents et à leurs enfants à diminuer leur anxiété. Cette thérapie est suivie de trois cessions mensuelles durant lesquelles ces apprentissages sont évalués et rafraîchis.

Prévenir les troubles anxieux

Après un an, aucun des enfants de ces 20 familles n'avait développé de trouble anxieux. Par contre, dans le groupe qui n'a pas suivi de thérapie, 30% des enfants présentaient un trouble anxieux après un an.
Ces résultats doivent être confirmés par des études ultérieures. Néanmoins, le professeur Ginsburg recommande aux médecins qui constateraient un trouble anxieux chez un de leurs patients adultes d'examiner aussi les enfants de ces patients, afin de prévenir l'apparition des troubles anxieux.

 

Article réalisé avec la collaboration du Dr Hannelore Tandt (UZ Gent)

Les maladies de A à Z