Assistance à la procréation

La fécondation in vitro (FIV)

Stimulation ovarienne

La première étape de la fécondation in vitro (FIV) consiste à stimuler les ovaires (par des injections répétées de gonadotrophines) en vue d’obtenir plusieurs ovules matures. Ceux-ci sont recueillis par aspiration des follicules sous contrôle échographique avant la survenue de l’ovulation.
Un médicament empêchant l’ovulation naturelle de se produire est d’ailleurs administré afin que l’ovulation ne se produise pas à un moment inadéquat, avant la récupération des ovocytes. Cette stimulation des ovaires doit obligatoirement être surveillée par des échographies et des dosages hormonaux (dans le sang) pour détecter le moment où la maturation folliculaire paraît atteinte.

Récupération des ovules

L’ovulation est alors provoquée médicalement par une injection d’HCG (gonadotrophine chorionique humaine). La ponction des follicules dans les ovaires doit être faite 35 à 36 heures plus tard. Elle est réalisée par voie vaginale et sous guidage échographique.

Deux méthodes de fécondation in vitro

Dans le liquide folliculaire prélevé se trouvent les ovocytes qui sont mis en contact, au laboratoire (dans des boîtes de culture), avec les spermatozoïdes.
Pour obtenir la fécondation, deux méthodes sont disponibles:

  • la mise en culture des ovocytes et des spermatozoïdes mobiles sélectionnés par la préparation du sperme (insémination normale ou FIV classique),
  • la micro-injection, c’est-à-dire l’introduction d’un spermatozoïde dans l’ovocyte mature sous microscope par le biologiste (ICSI ou Intra-Cytoplasmic Sperm Injection).

Le choix de l’un ou l’autre mode de mise en fécondation dépend des données médicales des conjoints et des constatations relevées lors d’éventuels traitements antérieurs. Le recours à l’ICSI se fait principalement en cas d’anomalies majeures du sperme (très petit nombre de spermatozoïdes et/ou une mobilité très faible), lorsque les spermatozoïdes sont obtenus par ponction épidydymaire ou par biopsie testiculaire ou en cas d’échec de fécondation par la technique classique.

Transfert de l’embryon

Le transfert d’embryon c’est-à-dire le replacement du ou des embryons dans l’utérus de la patiente se fait 2 à 6 jours après la ponction d’ovocytes.

Ovocyte de donneuse

Lorsque les ovaires ne répondent pas ou plus aux médications stimulant la croissance folliculaire, la FIV peut être réalisée avec les ovocytes d’une donneuse. Celle-ci devra donc suivre les étapes du traitement jusqu’à la ponction ovocytaire. Les embryons obtenus sont dans ce cas issus des ovules de la donneuse, fécondés par les spermatozoïdes du conjoint de la patiente recevant les ovocytes.

Lire l’article suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
fecondation-in-vitro-in-vitrofertilisatie_180x180
Les maladies de A à Z