Témoignages

long-combat-contre-infertilite-lange-strijd-tegen-onvruchtbaarheid_720x320

Mon long combat contre l’infertilité

Anne-Marie, 42 ans

Quand Anne-Marie apprend à 30 ans qu’elle est infertile, son monde s’écroule. Après un parcours long et difficile, elle a réussi à se reconstruire.

Une malformation des trompes

Avant mon mariage, je ne m’étais jamais posé de questions sur ma fertilité. Mais une fois mariés, nous avons commencé à faire des projets qui incluaient des enfants. Après trois ans, comme je n’étais toujours pas enceinte, nous nous sommes décidés à passer des examens médicaux. Le diagnostic est rapidement tombé: une infection à chlamydia non détectée avait abîmé mes trompes, qui ne fonctionnaient plus correctement. Ça m’a fait un choc: c’était comme si on me retirait un droit naturel.

Un soutien psychologique pour les couples infertiles

Après cette annonce, j’ai subi une opération pour tenter de reperméabiliser mes trompes, puis trois FIV, sans succès. Mon mari m’a énormément soutenue. Ensemble, nous avons affronté l’attente, l’angoisse et les échecs à répétition. Il y a eu aussi l’incompréhension de l’entourage, les remarques blessantes. Mes sœurs avaient eu des enfants entre-temps, elles ne comprenaient pas que, si je prenais mes distances, c’était pour ne pas souffrir. Heureusement, mon gynécologue a pu nous aiguiller vers un psychologue qui nous a accompagnés dans la gestion de ces moments pénibles. Ce soutien a été d’une grande aide. 

Faire le deuil de la parentalité

Malheureusement, les traitements n’ont rien donné dans mon cas, bien qu’ils aient fonctionné pour d’autres. Nous avons considéré l’aventure de l’adoption, mais nous ne nous sentions plus d’attaque pour une autre «galère» faite d’attente et d’espoirs peut-être déçus. Nous avons longtemps souffert de cette situation, mais notre psychologue nous a aidés à passer le cap. Nous avons lentement fait le deuil de notre parentalité et nous avons pu nous reconstruire autrement. Aujourd’hui, je m’épanouis dans mon couple, mon travail et ma passion pour la peinture. Et je prends plaisir à voir grandir mes neveux et nièces, dont je suis devenue très proche.

Publicité
Les maladies de A à Z