backtotop

Comment prévenir le carcinome épidermoïde de la peau?

Carcinome épidermoïde cutané - Prévention - Se protéger du soleil pour prévenir le cancer de la peau

Se protéger du soleil pour prévenir le cancer de la peau

Pour éviter l’apparition d’un carcinome épidermoïde cutané, il faut avant tout protéger sa peau des effets nocifs des rayons UV. En effet, si le soleil est indispensable à notre bien-être physique et moral ainsi qu’à la production de vitamine D par notre corps, il peut aussi s’avérer nocif pour la santé si on ne s’en protège pas.

Chaque personne dispose d’un certain «capital soleil», qui correspond à la quantité totale de rayons du soleil qu’elle peut recevoir tout au long de sa vie sans risquer de développer un cancer. La peau a la capacité de résister aux agressions et de se réparer. Mais cette capacité de réparation varie selon les individus et le type de peau, et diminue de toute façon avec l’âge. 

L’exposition aux rayons ultraviolets (UV) naturels ou artificiels est l’un des premiers facteurs d’apparition des carcinomes mais aussi des mélanomes. Préserver son capital soleil dès son plus jeune âge est donc une bonne façon de les prévenir.

Voici quelques conseils de protection solaire:

  • Évitez les bains de soleil prolongés ou les cabines à UV et évitez tout particulièrement de vous exposer au soleil entre midi et 16h.
  • Si vous sortez, même en ville, utilisez une crème solaire avec un SPF (indice de protection) de 15 ou plus. Renouvelez l’application toutes les 2 heures ou après un bain ou un effort physique.
  • Préservez le capital soleil des enfants! Gardez les nouveau-nés à l’abri du soleil. Protégez la peau des enfants au maximum avec des vêtements, un chapeau et des lunettes de soleil.
Publicité
Carcinome épidermoïde cutané - Prévention - Se protéger du soleil pour prévenir le cancer de la peau

Carcinome épidermoïde: quand et comment le dépister?

Plus un cancer de la peau comme un carcinome épidermoïde est détecté tôt, plus il est facile d’éliminer la tumeur sans risque de récidive. D’où l’importance d’un dépistage régulier:

  • Examinez fréquemment votre peau, à tout âge, et soyez attentif à tout changement suspect: blessure qui ne guérit pas, changement d’aspect d’une lésion cutanée…. Soyez d’autant plus vigilant si vous avez plus de 50 ans ou si vous cumulez les facteurs de risque: peau claire, présence de cicatrices, lésions de la peau préexistantes, exposition importante au soleil, antécédent personnel de cancer cutané…
  • Allez voir votre médecin ou un dermatologue une fois par an, pour un examen cutané complet.
Carcinome épidermoïde cutané - Prévention - Carcinome épidermoïde: quand et comment le dépister?
Publicité

Les précurseurs du carcinome épidermoïde cutané

Lésions précancéreuses

Les carcinomes épidermoïdes cutanés peuvent se développer sur la base de lésions cutanées déjà existantes, qu’on appelle lésions précancéreuses. Il s’agit de lésions de la peau qui ne sont pas encore des cancers mais présentent un risque de le devenir. Dans le cas des carcinomes épidermoïdes cutanés, les deux principales anomalies à surveiller sont la kératose actinique et la maladie de Bowen.

La kératose actinique

Les carcinomes épidermoïdes se développent souvent sur la base de lésions cutanées déjà existantes, qu’on appelle lésions précancéreuses. La kératose actinique apparaît sous forme de tache rugueuse, squameuse et légèrement gonflée, ressemblant à une verrue et dont la couleur peut aller du brun au rouge. Elle peut mesurer de 1 mm à quelques cm de diamètre. Elle apparaît sur les zones du corps qui ont été fréquemment exposées au soleil (essentiellement la tête et le cou).

Une forme particulière de kératose actinique, appelée chéilite actinique, peut aussi apparaître sur la lèvre inférieure, qui devient sèche et se couvre de squames blanches. Les kératoses actiniques se développent le plus souvent chez les personnes âgées. Seuls 2% des kératoses actiniques évoluent en carcinome, mais 40 à 60% des carcinomes épidermoïdes cutanés se développent sur une kératose actinique non traitée. Les traitements les plus utilisés pour les kératoses actiniques sont la cryothérapie (pour les lésions jusqu’à 2 cm de diamètre), la thérapie photodynamique, la chimiothérapie locale ou la résection chirurgicale classique.

La maladie de Bowen

La maladie de Bowen est un autre type de précurseur possible du carcinome épidermoïde cutané. Elle touche surtout les patients de 70 ans et plus. Elle se présente comme une plaque squameuse rouge-brune et persistante, aux contours irréguliers, qui peut ressembler à du psoriasis ou de l’eczéma. Elle est souvent provoquée par une exposition intensive au soleil ou par le virus du papillome humain (HPV), très contagieux par contact sexuel. Dans ce dernier cas, la maladie de Bowen affecte alors la muqueuse génitale.

La maladie de Bowen est considérée comme un carcinome «in situ», c’est-à-dire qu’elle a les mêmes caractéristiques qu’un carcinome épidermoïde cutané, mais qu’elle reste confinée à l’épiderme, sans envahir le reste du corps. Cependant, si elle n’est pas traitée, elle peut évoluer lentement mais sûrement vers un carcinome épidermoïde cutané. Comme pour la kératose actinique, la maladie de Bowen est traitée par cryothérapie ou par résection chirurgicale, mais si les lésions sont très étendues ou situées sur des zones qui cicatrisent mal, on utilisera un traitement de chimiothérapie locale en adjuvant à la chirurgie pour limiter la perte de tissu cutané.

Carcinome épidermoïde cutané - Prévention - Les précurseurs du carcinome épidermoïde cutané

Ecrit par Cindya IzzarelliLire la suite: Comment diagnostiquer le carcinome épidermoïde cutané?

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.