backtotop

Comment fonctionne la mémoire?

Déficit cognitif léger (MCI) - Comprendre - Comment fonctionnent nos différents systèmes de mémoire?

Comment fonctionnent nos différents systèmes de mémoire?

La mémoire sensorielle

Tout ce que nous voyons, entendons, goûtons et sentons via nos sens est enregistré dans notre mémoire sensorielle. Cette mémoire dispose donc d'une grande capacité, mais ne peut stocker l'information entrante que très peu de temps (moins de 1 seconde). Une partie de l'information disparaît ensuite de la mémoire sensorielle, tandis qu'une autre partie - celle à laquelle nous avons prêté notre attention - est traitée et stockée dans la mémoire à court terme.

La mémoire à court terme

La mémoire à court terme retient temporairement (pendant quelques secondes) l'information. Il s'agit d'une sorte de lieu de stockage temporaire, dans lequel nous plaçons par exemple les mots du début d'une phrase pendant qu'on lit le restant de la phrase. Ensuite, soit cette information disparaît, soit elle est stockée dans la mémoire à long terme.
Certains scientifiques distinguent la mémoire à court terme de la mémoire de travail. La mémoire à court terme est essentiellement considérée comme une station de stockage sur le chemin de la mémoire à long terme. La mémoire de travail est quant à elle décrite comme une sorte de lieu de travail psychique dans lequel nous trions, ordonnons et répétons les informations, puis les relions aux choses déjà connues avant de les ajouter à la mémoire à long terme.

La mémoire à long terme

Tout ce que nous savons et connaissons est stocké d'une façon ou d'une autre dans notre mémoire à long terme. Ce système de mémoire est parfois aussi appelé mémoire «permanente». En effet, en psychologie de la mémoire, les informations stockées dans cette mémoire sont normalement considérées comme n'étant jamais perdues, mais tout au plus temporairement indisponibles.
Par exemple, vous ne vous souvenez pas de ce que vous avez fait à 11 h le 30 décembre de l'année dernière. Mais si vous savez que c'était votre dernier jour de travail de l'année, vous aurez peut-être un déclic (vous vous rappellerez que vous étiez en train de travailler au bureau, que vous preniez votre pause-café, etc.). En un mot, les informations stockées restent conservées. Elles doivent juste pouvoir être sollicitées par des signaux spécifiques destinés à réveiller les souvenirs, qui agissent en tant que stimuli activant la mémoire à long terme. Ainsi, par exemple, le mot «herbe» est un signal efficace pour générer le mot «vert».

Publicité
Déficit cognitif léger (MCI) - Comprendre - Comment fonctionnent nos différents systèmes de mémoire?

Zoom sur la mémoire procédurale et la mémoire déclarative

La mémoire à long terme se compose de plusieurs sous-structures. Il convient de distinguer la mémoire procédurale de la mémoire déclarative.

  • La mémoire procédurale stocke les habilités cognitives et motrices, telles que rouler à vélo, nager, conduire, etc. Nous ne sollicitons pas ces compétences acquises de façon consciente. On peut ainsi descendre une volée d'escalier sans se concentrer sur le mouvement précis de ses pieds. Pour cette raison, la mémoire procédurale est également appelée «mémoire implicite».
  • Contrairement à la mémoire procédurale, la mémoire déclarative - également appelée «mémoire explicite» - demande un certain degré d'effort psychique conscient, comme en témoignent parfois les plis apparaissant sur le front lorsque nous tentons d'aller repêcher des données dans cette mémoire.

Dans ce cas, la personne parcourt en réalité les deux sous-ensembles de la mémoire déclarative:

  • La mémoire épisodique, dans laquelle sont stockées les informations personnelles: les souvenirs d'événements ou d'expériences spécifiques, comme votre dernier anniversaire par exemple.
  • La mémoire sémantique, qui est comparable à une encyclopédie. Tous les mots, concepts et faits que nous connaissons sont stockés dans cette mémoire (noms, règles grammaticales, convictions religieuses, etc.). C'est la mémoire que nous sollicitons lorsque quelqu'un nous demande: «Quelle est la capitale de l'Italie?» ou «Quelles sont les deux sous-structures de la mémoire déclarative?».
Déficit cognitif léger (MCI) - Comprendre - Zoom sur la mémoire procédurale et la mémoire déclarative
Publicité

Comment évolue la mémoire en fonction de l'âge?

L'augmentation du nombre de personnes âgées dans la population s'accompagne également d'une hausse du nombre de maladies de la vieillesse (par exemple la démence, telle que la maladie d’Alzheimer). Toutefois, le vieillissement ne s'accompagne pas nécessairement d'un déclin cognitif général. Seuls certains domaines cognitifs vieillissent et subissent une altération naturelle, dont:

  • la mémoire épisodique
  • la rapidité du traitement de l'information
  • les fonctions exécutives: la prise d'initiatives, la réalisation ciblée et efficace d'actions, la focalisation de l'attention sur une tâche spécifique, etc.
  • la mémoire prospective, nécessaire pour se souvenir d'une action planifiée à un moment donné de l'avenir et pouvoir la réaliser.

En revanche, d'autres domaines intellectuels restent stables avec l’âge, tels que:

  • la mémoire sémantique (faits, concepts)
  • la mémoire procédurale (habilités cognitives et motrices)
  • les capacités visuo-spatiales
  • le raisonnement abstrait
  • la mémoire sensorielle.
Déficit cognitif léger (MCI) - Comprendre - Comment évolue la mémoire en fonction de l'âge?

Trous de mémoire: est-ce normal?

Perte de mémoire normale liée au vieillissement

La plainte la plus fréquente formulée par les personnes âgées atteintes d'un trouble cognitif consultant leur médecin est la perte de mémoire. Avec l'âge, les troubles de la mémoire deviennent en effet fréquents. La plupart du temps, il s'agit d'un phénomène bénin, limité à une perte de mémoire sans gravité liée au vieillissement.
Cette perte de mémoire liée au vieillissement se traduit par une incapacité occasionnelle à trouver un mot ou un nom, à se souvenir de l’endroit où on a mis ses clés ou par la nécessité de faire plus souvent des listes pour ne pas oublier de rendez-vous ou de tâches. C'est ennuyeux mais ne perturbe pas le fonctionnement quotidien.

Déficit cognitif léger (MCI)

Certaines personnes présentent cependant des problèmes de mémoire plus graves qu'une simple perte de mémoire, fréquente lorsqu’on avance en âge. Les symptômes peuvent inclure les éléments suivants:

  • Des oublis plus fréquents, par exemple de rendez-vous importants, de conversations ou d'événements récents, etc.
  • Perdre plus rapidement le fil des conversations, d'un livre ou d'un film, etc.
  • La prise de décisions, la planification de tâches… demandent plus d'efforts qu'auparavant.
  • La personne a plus de mal à retrouver son chemin dans un environnement connu.

Ces problèmes sont également remarqués par l'entourage. Toutefois, ils ne sont pas suffisamment graves pour parler de démence. La littérature médicale désigne ce phénomène sous le nom de «déficit cognitif léger (MCI)» (Mild Cognitive Impairment en anglais). La prévalence du MCI oscillerait entre 3 et 19% au sein de la population âgée de plus de 65 ans (cf. sources).
Les chercheurs ont défini cinq critères pour diagnostiquer un MCI (cf. sources. Cette définition se concentrait principalement sur la diminution de la fonction de la mémoire:

  1. Pertes de mémoire, confirmées par une personne appartenant à l'entourage direct du patient.
  2. Troubles mnésiques anormaux au vu de l'âge du patient.
  3. Absence de déclin cognitif général.
  4. Pas d'atteinte des ADL (Activities of Daily Living, ou activités de la vie journalière, telles que se laver, s'habiller et se nourrir seul(e), se déplacer chez soi, se rendre seul(e) aux toilettes, utiliser le téléphone, faire des courses, être continent(e), etc., en d'autres termes l'autonomie est préservée).
  5. Absence de démence.

Par la suite, la définition ci-dessus a été élargie pour inclure les troubles affectant des fonctions cognitives autres que la mémoire, comme le langage, l'attention, les capacités visuo-spatiales, la capacité de raisonnement, les fonctions exécutives, etc. C'est ainsi que sont apparus deux sous-types de MCI: le MCI amnésique et le MCI non amnésique.

Déficit cognitif léger (MCI) - Comprendre - Trous de mémoire: est-ce normal?

Ecrit par Emily NazionaleLire la suite: Comment diagnostiquer un déficit cognitif léger?

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.