backtotop

Limiter les crises d’eczéma

Dermatite atopique - Au quotidien - Limiter les crises d’eczéma en adaptant son mode de vie

Limiter les crises d’eczéma en adaptant son mode de vie

Des conseils au quotidien

La règle d’or pour limiter les crises d’eczéma et en atténuer l’intensité? Faire preuve d’une très grande douceur avec la peau fragile des personnes atopiques.

Dans la vie de tous les jours, cela se traduit par:

  • une bonne hydratation quotidienne, même en dehors des périodes de poussées;
  • des ongles coupés et propres, pour éviter les infections à l’occasion du grattage;
  • l’utilisation d’un produit adoucissant hypoallergénique pour la lessive afin de rendre les textiles moins rêches et donc moins irritants;
  • le moins de contact possible avec les substances et matériaux irritants;
  • le choix de textiles en coton ou en lin pour les vêtements portés à même la peau.

La chasse aux allergènes

Les allergènes potentiels franchissent plus facilement la barrière cutanée défaillante des personnes atopiques. Leur risque de développer une allergie à certaines susbtances est dès lors plus élevé. C’est la raison pour laquelle il vaut mieux éviter les produits irritants et/ou susceptibles de renfermer des allergènes, comme:

  • les savons et gels douche parfumés,
  • les crèmes et les cosmétiques à la composition «complexe», qui contiennent souvent de nombreux conservateurs,
  • les huiles essentielles,
  • les bijoux de pacotille en nickel,
  • les tapis et moquettes dans la chambre à coucher, qui favorisent la présence de pousssière et d’acariens. Les housses de matelas anti-acariens sont recommandées. Optez aussi de préférence pour un «doudou» qui peut être lavé en machine.

Adapter son alimentation

Évincer certains aliments n’a d’intérêt qu’en cas d’allergie alimentaire formellement identifiée. Les personnes atopiques qui développent une allergie alimentaire présentent des symptômes associés, comme de la diarrhée, des nausées, des vomissements, un amaigrissement, un retard de croissance, une éruption cutanée de type urticaire dans les minutes qui suivent l’ingestion de l’aliment incriminé…

Publicité
Dermatite atopique - Au quotidien - Limiter les crises d’eczéma en adaptant son mode de vie

Dermatite atopique : pourquoi faut-il éviter de se gratter ?

Gratter les lésions d’eczéma aggrave l’inflammation, ce qui peut à son tour exacerber la sensation de démangeaison. Or le grattage peut provoquer des brèches cutanées dans la peau fragile des personnes atopiques, ce qui offre des portes d’entrée aux agents infectieux (virus, bactéries…) et aux substances irritantes et/ou allergisantes présentes dans l’environnement. La conséquence? Un risque accru d’infection et d’allergie.
Le grattage se fait souvent de manière réflexe. D’où l’importance d’avoir toujours des ongles courts et propres, pour limiter le risque d’infection. Porter des gants la nuit contribue à limiter le grattage nocturne. En journée, des compresses d’eau froide peuvent aider à calmer les démangeaisons.

Dermatite atopique - Au quotidien - Dermatite atopique : pourquoi faut-il éviter de se gratter ?
Publicité

Les conséquences esthétiques

La dermatite atopique a souvent un impact sur la qualité de vie. Les démangeaisons et l’aspect des lésions parfois très étendues peuvent impacter la vie sociale, affective et professionnelle des personnes atteintes. Il arrive parfois que des troubles anxieux, voire dépressifs, soient associés à la maladie. Il est dès lors primordial pour les personnes affectées d’être bien soignées, mais aussi écoutées et rassurées, tant par l’entourage que par des professionnels de la santé, au besoin.

Dermatite atopique - Au quotidien - Les conséquences esthétiques
Publicité
Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.