backtotop

La peur des aiguilles

Qu’est-ce que la peur des piqûres?

La peur des aiguilles ou des piqûres, connue sous le nom de bélonéphobie, est beaucoup plus fréquente qu’on ne le pense. Une analyse montre que 20 à 30% de la population adulte entre 20 et 40 ans a peur des aiguilles(4).

Cette phobie n’est pas sans conséquence chez certains. Elle peut amener à remettre en question la vaccination. Alors que dans les prochains mois des millions de Belges vont encore être convoqués pour leur première ou seconde dose de vaccin anti-coronavirus, il est important que les personnes bélonéphobes prennent conscience de leur peur, et des éventuelles solutions pour y remédier.

Aiguilles: de la simple appréhension à la peur irraisonnée

Il existe différents degrés dans cette «peur des aiguilles», allant de la simple appréhension à la peur irraisonnée (phobie).

Certaines personnes sont davantage en proie à la phobie du sang (prélèvement et vue du sang), tandis que d’autres redoutent la piqûre de l’aiguille dans leur peau.

3,8 millions de Belges souffriraient de la peur des aiguilles

Des études internationales et des travaux de recherche menés par nos voisins néerlandais à l’Université de Tilburg permettent d’estimer qu’un tiers de la population, soit 3,8 millions de Belges, souffrent d’une forme de peur des aiguilles(1)(2). Cela peut aller de la crainte de l’aiguille ou de la piqûre, à l’évanouissement, la phobie ou une combinaison des trois(3)(4). Près de 20% des personnes âgées ont peur des aiguilles, un pourcentage qui grimpe à 50% chez les jeunes, tels les étudiants(2).

La littérature scientifique montre que presque 20% des personnes n’osent pas se faire vacciner en raison de leur peur des aiguilles(2). Transposé au niveau de la Belgique, cela fait plus de 750.000 personnes.

Heureusement, des solutions existent pour venir en aide aux personnes bélonéphobes.

Écrit par Anne-Sophie Glover-Bondeaulire le chapitre suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.