backtotop

La peur du produit injecté

Vaccins: des craintes fondées?

Peur des effets secondaires: locaux et généraux

Il convient de différencier la réaction vaccinale (réaction du système immunitaire) des effets secondaires. Pour beaucoup de vaccins, il n’y pas d’effets secondaires. Les effets secondaires graves sont rares. Si l’on prend l’exemple des vaccins à adénovirus contre le Covid-19 comme le vaccin AstraZenecca, les cas de thromboses veineuses sont de l’odre de quelques cas pour des millions de vaccinations.

Les effets secondaires locaux peuvent avoir plusieurs causes:

  • Le bras peut être gonflé et douloureux car si vous avez crispé le muscle deltoïde le médecin a, en piquant, dilacéré des fibres musculaires très tendues. Cela n’est pas grave et la douleur et le gonflement disparaissent en quelques jours. Pour prévenir cet effet, il est conseillé de détendre les muscles du bras au maximum lors de l’injection.
  • Un petit hématome et une douleur résiduelle peuvent être liées à la perforation d’un micro-capillaire sur un rameau sensitif. Là-encore rien de grave. Tout rentre dans l’ordre en quelques jours.
  • Enfin, la troisième cause de douleur et œdème du bras est la conséquence d’une intolérance à l’adjuvant dans certains vaccins. Les personnes allergiques aux sels d’aluminium ou protéines d’œuf, adjuvants fréquents, peuvent faire une réaction allergique locale. Afin d’éviter d’importantes réactions locales il est important de dire au médecin qui vous fait un vaccin que vous avez des allergies.

Peur de contracter la maladie

Une réaction générale après un vaccin (fièvre, douleurs musculaires…) n’est pas liée au vaccin en lui-même mais c’est un signe que le système immunitaire réagit et qu’il fabrique des anrticorps. C’est seulement si la réaction persiste plus de deux ou trois jours qu’il faut consulter votre médecin.

Est-ce bon ou dangereux pour mon corps d’être vacciné?

Les personnes vaccino-sceptiques pensent que la vaccination est dangereuse pour l’organisme, que le système immunitaire peut ne plus fonctionner correctement, que l’organisme ne se défend plus à force de recevoir des vaccins. Il n’en est rien. Pour que le corps ne se défende pas contre des germes pathogènes, il faut lui injecter les anticorps «tout faits» de la maladie, qu’on appelle «gammaglobulines». L’injection de gammaglobulines n’est pratiquée que dans le cas de maladies graves, potentiellement mortelles, pour lesquelles le patient n’a pas été vacciné et est à haut risque de la contracter,  comme par exemple la rage (morsure d’animaux sauvages) ou le tétanos (blessure souillée). Mais ces gammaglobulines disparaissent rapidement de notre organisme sans laisser d’immunité. La vaccination, au contraire, incite notre corps à fabriquer des anticorps et créer sa propre immunité.

Écrit par Anne-Sophie Glover-Bondeaulire le chapitre suivant

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
Peur du vaccin - Peur du produit injecté - Vaccins: des craintes fondées?