backtotop

Traitement

Leucémie myéloïde aigue - Traitement - Détecter les mutations génétiques responsables

Détecter les mutations génétiques responsables

Il est important de traiter la leucémie myéloïde aigüe (LMA) à temps, car si elle n’est pas prise en charge ses complications peuvent mettre la vie du patient en danger.

Les traitements dépendent en grande partie de la classification de la LMA, c’est la raison pour laquelle il est tellement important lors du diagnostic de détecter les mutations génétiques responsables. De plus, on tient compte d’un certain nombre de facteurs pronostiques lors de la détermination du traitement le plus adapté. C’est ainsi que l’âge, les autres maladies et le bien-être général des patients LMA jouent aussi un rôle dans le choix du traitement.

Publicité
Leucémie myéloïde aigue - Traitement - Détecter les mutations génétiques responsables

Chimiothérapie

Son objectif est en première instance de détruire les cellules cancéreuses. Cette destruction se fait de façon standard par une cure de chimiothérapie d’induction intensive8. La chimiothérapie a une action cytotoxique. Ce qui signifie que les cellules cancéreuses sont détruites ou leur croissance inhibée. Mais la chimiothérapie n’agit pas seulement sur les cellules cancéreuses, elle touche aussi les cellules saines, si bien que des effets secondaires peuvent apparaître temporairement.

Lorsque les patients sont en rémission, et lorsqu’on ne détecte dès lors plus de cellules cancéreuses, on démarre un traitement d’entretien ou thérapie de consolidation. Son objectif est de contrôler la maladie après induction de la chimiothérapie1. C’est un élément important du traitement, étant donné que des cellules leucémiques résiduelles éventuelles vont inévitablement entraîner une rechute de la LMA si on ne les prend pas en charge. La thérapie de consolidation peut consister en une chimiothérapie intensive, une greffe de cellules souches ou une combinaison des deux. Le choix dépend de la classification de la LMA. C’est ainsi que les patients avec un pronostic favorable seront plutôt uniquement traités par chimiothérapie en raison des risques plus faibles qui y sont associés9.

Publicité

Thérapies ciblées

Parallèlement à l’évolution toujours plus rapide de la recherche scientifique et aux avancées sur le plan des analyses génétiques, on progresse aussi dans le développement de nouvelles thérapies. Aussi dans le cadre de la LMA, où actuellement une thérapie ciblée est administrée aux patients ayant une mutation IDH1/2, FTL3-ITD ou CD33+10. Les médicaments ciblés sont développés pour inhiber de façon spécifique et ciblée la croissance des cellules cancéreuses, sans nuire aux autres cellules. Ils sont souvent associés à d’autres thérapies.

Il existe une deuxième thérapie ciblée aujourd’hui  (Gilteritinib) pour les patients souffrant de  LMA.  Elle s’adresse aux patients qui rechutent ou sont réfractaires  après le premier traitement et est administrée en monothérapie aux patients ayant une mutation FLT3-ITD et/ou FLT3-TKD. Outre ses résultats sur la survie, elle double également la possibilité pour les patients de recevoir une greffe de cellules souches.

Greffe de moelle osseuse

Dans le cas d’une greffe de moelle osseuse, aussi appelée thérapie par cellules souches, la moelle osseuse malade avec des myéloblastes anormaux est remplacée par une moelle osseuse saine. Les cellules de moelle osseuse saines peuvent provenir du patient ou d’un donneur. Une greffe de moelle osseuse est la manière la plus efficace de traiter la LMA, mais n’est pour cette raison pas la thérapie indiquée pour tous les patients. C’est dû au fait qu’une greffe de moelle osseuse comporte certains risques qui peuvent en éclipser les bénéfices potentiels8. Des inflammations de la muqueuse buccale, une maladie veino-occlusive, des pneumonies et des infections par exemple sont des complications fréquentes des greffes de moelle osseuse. De plus, il existe aussi un risque de rejet.

La prise en considération des patients pour une greffe de cellules souches dépend en majeure partie de l’état de santé général, du sous-type de LMA et de la disponibilité des traitements alternatifs. Souvent, cette décision est prise au cas par cas.

Rémission

L’objectif du traitement de la LMA est l’obtention d’une rémission complète.
Au sens strict du terme, la rémission signifie que le sang et la moelle des patients LMA ne contiennent plus de cellules cancéreuses.
Cela ne veut pas dire pour autant que les patients sont complètement guéris. Le suivi des patients LMA reste donc nécessaire.

Rechute et LMA ne répondant pas aux traitements

La résistance aux traitements de la LMA reste un des plus grands défis11. Une rechute après rémission est aussi souvent fréquente.
Le traitement dans les deux cas consiste généralement en des chimiothérapies agressives qui doivent faire la transition avant une greffe de moelle osseuse. Celle-ci est actuellement considérée comme la seule solution curative possible pour ces patients12.

Écrit par Léni VandekerckhoveLire la suite:

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.