backtotop
News

Publié le 05/10/2021

Vivre avec la douleur chronique

Vivre avec la douleur chronique

En Belgique, 23% de la population adulte souffre de douleur chronique. Un chiffre impressionnant quand on sait que la douleur chronique peut avoir un énorme impact sur la qualité de vie. Sa prise en charge exige une approche large, car son évolution dépend de plusieurs facteurs.

Publicité

Comment apparaît la douleur chronique

Par définition, la douleur chronique est une douleur continue ou récurrente qui persiste plus de trois mois. Ses causes sont diverses et résultent souvent d’une conjonction de plusieurs éléments. Une lésion initiale, une élongation ou une opération par exemple, peut en être à la base, mais des facteurs de risque comme le stress, une mauvaise alimentation, le manque d’exercice physique, le syndrome métabolique, le surpoids, des troubles du sommeil et des troubles de l’humeur favorisent l’évolution vers la douleur chronique. Si ces facteurs persistent, ils peuvent à la longue aggraver la douleur. Les patients se retrouvent alors dans un cercle vicieux. La douleur chronique est plus fréquente chez les femmes et est également associée à l’âge.

La douleur chronique est plus qu’une lésion apparente

Quelle qu’en soit la cause, le résultat est identique: un dérèglement du système de la douleur. En effet, ce n’est pas tant la lésion initiale qui provoque la douleur chronique, mais la réaction d’hypersensibilité persistante du système de la douleur. On peut comparer cette réaction d’hypersensibilité à un détecteur de fumée qui est continuellement en mode alarme, même s’il n’y a plus de fumée. Le corps des patients atteints de douleur chronique est alors coincé dans un état de douleur constant, sans qu’il n’y ait encore nécessairement une cause anatomique directe.

Le trajet de la douleur chronique

Les personnes souffrant de douleur chronique ont en moyenne un trajet de 6 ans avant de consulter un spécialiste de cette maladie. Cela peut être dû au fait que – jusque longtemps après la guérison de la lésion initiale – on recherche encore un facteur causal visible de la douleur. D’autre part, les patients atteints de douleur chronique consultent différents spécialistes et envisagent plusieurs options dans leur quête d’une solution. De plus, les longs délais d’attente pour obtenir un rendez-vous médical allongent aussi considérablement ce trajet.

Vivre avec la douleur chronique

Vivre avec la douleur chronique est néfaste pour le bien-être général. Elle interrompt le repos nocturne, perturbe l’attention, génère des pensées sombres et favorise l’anxiété. Le cerveau d’un patient souffrant de douleur chronique réagit en effet 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 comme s’il se passait quelque chose de dangereux. Sans traitement, il y a de fortes chances que la douleur empire. Mais justement parce que la douleur chronique est un processus multifactoriel et complexe, il n’y a pas non plus de traitement rapide et simple.

La clé de la guérison: une stratégie orientée sur l’acceptation

L’attente que la douleur chronique puisse être soulagée d’une manière ou d’une autre est irréaliste pour la plupart des patients. Le traitement de la lésion originale – entretemps guérie – n’a en effet souvent plus aucun sens. C’est pourquoi une première étape importante dans le processus de traitement consiste précisément à bien comprendre comment apparaît la douleur chronique. Ce n’est qu’alors que l’on peut apprendre au cerveau à faire la différence entre danger réel et impression désagréable. Mais accepter que la douleur soit là et ne disparaisse (plus que probablement) jamais est aussi un élément difficile mais essentiel du traitement.

Une approche multidisciplinaire

Le meilleur remède reste naturellement la prévention, mais bien évidemment il n’est pas toujours possible d’éviter la douleur chronique. Quoi qu’il en soit, un mode de vie sain est l’un des principaux alliés de la lutte contre la douleur chronique. En plus des médicaments, l’accent est donc aussi mis sur l’exercice physique, qui permet d’activer le bon fonctionnement du système de la douleur, et sur une alimentation saine. Cette approche peut être éventuellement complétée par une thérapie comportementale et un soutien psychosocial. De même, la pleine conscience (mindfulness), le yoga ou la musique peuvent faire des miracles, en tant qu’éléments du processus de traitement, chez certains patients.

Douleur chronique sans cause évidente?

Il faut toutefois déplorer que la notion de «douleur chronique sans cause évidente» soit encore souvent un tabou. Mais il faut se réjouir du fait que ce sujet soit de plus en plus mis en exergue. Le but ultime du traitement de la douleur chronique est en premier lieu le soulagement de la douleur, mais aussi le gain d’autonomie en évitant la perte fonctionnelle et même en l’améliorant. Enfin, il est important de comprendre que malgré un certain niveau de douleur persistante, il est possible d’avoir une bonne qualité de vie.

En savoir plus sur Lombalgie
Publicité
Suggestion d’articles
Cervicalgie, dorsalgie, lombalgie

Les vertèbres du cou supportent les 7 à 8 kilos de la tête. Les douleurs ressenties à leur niveau s' (…)

Lombalgie - Comprendre - Cervicalgie, dorsalgie, lombalgie