backtotop

Vivre au quotidien avec une MICI

Quel mode de vie adopter avec une MICI ?

Vivre normalement

La majorité des patients atteints de MICI mènent une vie tout à fait normale, que ce soit familiale, professionnelle, sociale ou sportive. Côté sport, une activité physique intense engendre chez tout le monde une accélération du transit. Les patients atteints de MICI privilégieront donc les sports à intensité faible ou modérée. Aujourd’hui, grâce à l’avancée des traitements, l’espérance de vie des patients souffrant de MICI est identique à celle de la population normale, tant qu’il y a un suivi et une prise en charge réguliers. Les seuls moments qui peuvent être impactés dans la vie quotidienne sont les phases de poussée, qui sont toutefois minimisés grâce aux traitements. Le médecin décidera alors, en fonction de la pathologie du patient, d’adapter son mode de vie.

Stop au tabac

Des études ont montré que les patients souffrant de la maladie de Crohn étaient en moins bonne santé lorsqu’ils fumaient. Arrêter de fumer peut améliorer considérablement l’évolution de la maladie et diminuer les risques de complications et de poussées.

Publicité

Que manger en cas de MICI?

Aucun régime spécial prouvé

Les MICI ne sont pas des maladies directement liées à l’alimentation. Il n’existe donc pas d’aliments déclenchant une poussée inflammatoire, aggravant celle-ci, ou permettant un retour en rémission. Inutile donc de s’imposer des restrictions alimentaires. Par contre, une alimentation équilibrée est chaudement recommandée afin d’éviter les carences.

En cas de poussées

Pendant les poussées, l’alimentation peut aggraver certains symptômes, comme la diarrhée ou les crampes abdominales. En cas de diarrhée abondante, par exemple, le patient doit s’hydrater plus que jamais, éviter les fruits, les légumes, les aliments riches en fibres (fruits secs, légumineuses, céréales complètes, etc.), les aliments gras et les repas trop copieux. En cas de sténose non occlusive, il est conseillé d’éviter les fibres (fruits et légumes crus) afin d’empêcher une occlusion intestinale. Le médecin proposera ces adaptations alimentaires en fonction du patient, du type de pathologie et de son étendue.

Parlez-en !

Vous n’êtes pas seul! Il existe de nombreuses associations de patients MICI, dont les principales en Belgique sont l’Association Crohn-RCUH (francophone) et Crohn en Colitis ulcerosa Vereniging (néerlandophone). En devenant membre, vous serez mis au courant des dernières avancées scientifiques concernant votre maladie, et vous et votre entourage vous sentirez soutenu pour mieux faire face à la pathologie. Ces associations promeuvent et défendent aussi vos droits auprès de décideurs politiques et de santé, sensibilisent le grand public aux MICI et financent la recherche dans l’espoir d’une guérison.

Deux blogs remplis de témoignages

Lire des témoignages d’autres patients atteints de MICI permet de relativiser et de se sentir moins seul.

Publicité
Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.