Vivre avec la MPS1 : plus facile grâce au traitement