backtotop

Séjour dans une zone à risque: comment éviter la malaria?

Malaria - Voyage - Les traitements préventifs de la malaria

Les traitements préventifs de la malaria

Médicament prophylactiques

Chaque année, des voyageurs décèdent de la malaria. C'est pourquoi il est important de prendre des médicaments en prophylaxie (prévention). Le choix de ce traitement préventif est du ressort du médecin et dépend des régions visitées, de la saison, de la durée du séjour, des conditions de voyage et du profil personnel.

Avant, pendant, après le voyage

Les médicaments les plus utilisés en prophylaxie sont la doxycycline et la méfloquine ou une combinaison d'atovaquone et de proguanil. La prise de ces médicaments doit commencer environ une semaine avant le départ (afin de s'assurer que le médicament est bien toléré). Elle doit se poursuivre pendant le voyage et au minimum pendant les deux semaines qui suivent le retour. Au cas où le voyageur s'est fait piquer par un moustique infecté à la fin de son séjour, cette période permet en effet de couvrir le temps d'incubation moyen du parasite.

Publicité

Moustiquaire et insecticides pour lutter contre la malaria

Le traitement prophylactique est nécessaire mais il ne garantit pas une protection absolue contre la malaria. En voyage, il faut donc d'abord lutter contre les moustiques: les moustiquaires, les insecticides et les répulsifs à appliquer sur la peau (anti-moustiques) sont les meilleures armes. Les moustiquaires imprégnées d'insecticide (perméthrine ou deltaméthrine) offrent une double protection. Elles sont aujourd'hui privilégiées par la majorité des programmes de santé publique.
En zone endémique, la pulvérisation d'insecticides sur les murs intérieurs des habitations constitue aussi un moyen de lutter contre la malaria. Elle permet de tuer les moustiques, qui ont tendance à se reposer sur les murs après avoir piqué leur victime.

Malaria - Voyage - Moustiquaire et insecticides pour lutter contre la malaria
Publicité

Choisir le bon anti-moustiques

Le DEET

La substance anti-moustiques la plus courante est le DEET (de son vrai nom «N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide»). Il s’agit d’un répulsif qui ne tue pas les moustiques, mais «aveugle» leurs sens en bloquant les capteurs grâce auxquels ils repèrent leur proie. La concentration en DEET varie d’un produit à l’autre. Une concentration de 20 à 30% suffit, à condition que le produit reste sur la peau. Il est donc important que l’anti-moustiques acheté dans le commerce contienne également un fixateur de DEET. Les produits plus concentrés (40-50%) ne sont pas vraiment plus efficaces. De plus, ils ont tendance à irriter la peau et particulièrement les muqueuses.

Les autres substances anti-moustiques

L'IR35/35 et l'icaridine sont également des répulsifs. Quant à la permétrine et la deltamétrine, elles tuent les moustiques. La deltamétrine est particulièrement utilisée pour imprégner les moustiquaires.

Anti-moustiques sous quelle forme

Les anti-moustiques se présentent sous plusieurs formes: spray, gel, stick, roller... À chacun de choisir la consistance qui lui convient le mieux.

Conseils d'application

À l'instar de la crème solaire, les substances anti-moustiques peuvent s'enlever à cause des frottements, de la transpiration et des baignades. Selon leur concentration en substances actives (DEET, permétrine, etc.), il importe de renouveler l'application de ces produits plusieurs fois par jour, toutes les 3 à 5 heures. Il faut donc savoir qu’ils ne protègent jamais toute la nuit, moment où les anophèles sévissent particulièrement. Comme ils sont légèrement irritants, évitez d’en mettre près des yeux et des muqueuses. Des allergies sont possibles.

Malaria - Voyage - Choisir le bon anti-moustiques

Conseils pour éviter les moustiques et se protéger contre la malaria

Souvenez-vous qu'en Asie et en Amérique du Sud, le risque de malaria est plus élevé en milieu rural. En Afrique, la malaria est omniprésente, même dans les villes, quoique la transmission y soit plus faible qu’en zone rurale.

  • Ne vous fiez pas aux apparences: le moustique qui transmet la malaria est petit et ne fait pratiquement pas de bruit.
  • Dès le coucher du soleil et jusqu'au petit matin, portez des vêtements clairs couvrant au maximum les bras et les jambes. Le noir attire les moustiques.
  • Dormez sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide, suspendue au-dessus du lit et dont les bords sont repliés sous le matelas.
Malaria - Voyage - Conseils pour éviter les moustiques et se protéger contre la malaria

Les travel clinics

Avant d'entreprendre un voyage dans une zone à risques, il est important de consulter un médecin. Les vaccins et traitements prophylactiques (préventifs) à mettre en place doivent en effet être déterminés au cas par cas. Les 24 centres de vaccination agréés pour la fièvre jaune, aussi appelés «travel clinics» ou cliniques du voyageur, sont spécialisés dans les différents aspects relatifs à la santé du voyageur: vaccins, prophylaxie, conseils pratiques… Ces travel clinics ne remplacent pas le médecin généraliste mais peuvent offrir une expertise complémentaire, en particulier dans le cas d'un voyage long et/ou dans des conditions difficiles.

Vous trouverez ici la liste des 24 travel clinics belges.

Malaria - Voyage - Les travel clinics

Bientôt un premier vaccin antipaludique?

Un premier vaccin expérimental contre la malaria, le RTS,S/AS01, a démontré une efficacité vaccinale de 50% (14 mois après la première dose) chez des enfants âgés de 5 à 17 mois lors de la première injection et de 30% (14 mois après la première dose) chez des nourrissons de 6 à 12 semaines. Il s’agit à ce jour du candidat le plus avancé contre la forme la plus mortelle du paludisme chez l'homme, Plasmodium falciparum. Ce vaccin est toujours en phase d’évaluation mais pourrait être disponible dans les années à venir.

Malaria - Voyage - Bientôt un premier vaccin antipaludique?

Ecrit par Julie Luong

Publicité
Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.