backtotop

Traitement

Comment limiter la propagation du mélanome?

En cas de ganglion sentinelle positif, une seconde opération sera réalisée afin d’enlever les autres ganglions du relais ganglionnaire lymphatique concerné (aisselle, creux de l’aine, cou, selon les cas). Les ganglions lymphatiques voisins peuvent en effet, eux aussi, renfermer des cellules cancéreuses. Cette opération s’appelle un curage ganglionnaire.

Plus rarement, si les examens (PET-CT-Scann) ont montré une propagation du mélanome dans un ou plusieurs ganglion(s) lymphatique(s), le chirurgien réalisera un curage d’emblée.

Le curage ganglionnaire peut parfois entraîner des complications, telles qu’une limitation des mouvements, des douleurs… comme quand on retire les ganglions de l’aisselle lors d’un cancer du sein. D’autre part, certains patients peuvent développer un lymphœdème ou œdème lymphatique (gonflement) qui persiste plusieurs mois, voire plusieurs années après l’opération. Celui-ci correspond à l’accumulation de liquide dans un bras ou une jambe où les ganglions ont été retirés.

Un traitement adjuvant peut être indiqué pour limiter le risque de récidive. Le mot «adjuvant» signifie que le patient est en principe guéri, mais se voit quand même administrer un traitement pour diminuer le risque de récidive. Les patients souffrant d’un mélanome avec atteinte des ganglions lymphatiques ou qui ont déjà des métastases ailleurs, mais chez qui la tumeur a pu être entièrement enlevée, ont un risque élevé de récidive. Jusqu’il y a peu, seul l’interféron entrait en considération pour le traitement adjuvant dans le mélanome. Il est désormais aussi possible d’utiliser le nivolumab, un médicament pour l’immunothérapie.

Ecrit par Emily NazionaleLire l’article suivant

Publicité
Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.
Mélanome - Traitement - Comment limiter la propagation du mélanome?
Publicité