backtotop
News
Que faire en cas de névrite optique?

Que faire en cas de névrite optique?

30 à 40% des personnes atteintes de sclérose en plaques souffrent au moins une fois de névrite optique. Que faire? Comment la soulager et la traiter?

Publicité

La névrite optique est une inflammation du nerf optique qui touche souvent un oeil à la fois. Elle se manifeste par une baisse de l'acuité visuelle, des phénomènes lumineux (étincelles, flashs) et/ou une douleur à l'intérieur de l'oeil, surtout quand celui-ci est en mouvement. Certaines dispositions peuvent être prises pour limiter la gêne occasionnée.

Traiter la névrite optique ou pas?

"Dans 90 % des cas, avec ou sans traitement, le patient récupère presque complètement son acuité visuelle en quelques semaines, explique le Dr Antonella Boschi, neuro-ophtalmologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc, à Bruxelles. Mais si la baisse de la vision est inférieure à 5/10e ou si les deux yeux sont atteints, on peut traiter, notamment avec des injections de cortisone en intraveineuse. Ce traitement permet de récupérer un peu plus vite la fonction visuelle et de soulager la douleur."

Soulager la douleur d'une névrite

Dans 95% des cas, la névrite optique est précédée ou s'accompagne de douleurs. "Le patient a mal quand son oeil est en mouvement ou il se plaint d'une douleur spontanée diffuse située derrière le globe oculaire." Celle-ci dure trois à cinq jours et peut être facilement soulagée par la prise d'antidouleurs ou d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, de type paracétamol ou ibuprofène.

Peut-on conduire pendant une névrite optique?

La baisse de l'acuité visuelle peut aller jusqu'à une perte quasi complète de la vision. Or, avec un oeil en moins, nous perdons la notion de relief, essentielle pour appréhender l'espace et les distances. En dessous de 5/10e de perte visuelle, il devient très imprudent de conduire un véhicule.

Névrite optique et lumières

"À l'instar des autres pathologies du nerf optique, la névrite optique rend photophobe, rappelle le Dr Boschi. La personne ne supporte plus ni la lumière du jour ni les lumières artificielles." Pour diminuer cette gêne, mieux vaut donc porter des lunettes de soleil, éviter les lumières vives et diminuer l'intensité des lampes d'intérieur. Si celles-ci ne sont pas réglables, vous pouvez les tamiser avec des tissus.

En savoir plus sur Sclérose en plaques
Publicité
Suggestion d’articles
Les plaques: zones d'inflammation caractéristiques de la SEP

Formation d'une plaque Le système immunitaire des patients atteints de sclérose en plaques (SEP) s' (…)

Sclérose en plaques - Comprendre - Les plaques: zones d'inflammation caractéristiques de la SEP
La SEP rémittente: une alternance de poussées et rémissions

Le plus souvent, la SEP débute par la survenue de déficits neurologiques transitoires tels que (…)

Sclérose en plaques - Comprendre - La SEP rémittente: une alternance de poussées et rémissions
En Vidéos