backtotop

Arrêt du tabac: effets et taux de réussite

Tabagisme - Sevrage - Arrêt du tabac: quelles sont les chances de réussite?

Arrêt du tabac: quelles sont les chances de réussite?

Quand est-on libéré(e) du tabac?

On considère généralement qu’une personne est libérée de l’accoutumance au tabac 6 à 12 mois après l’arrêt définitif… sans rechute.
Toutefois, un ex-fumeur ne sera jamais totalement à l’abri d’une reprise du tabagisme.

Les chances de réussite du sevrage tabagique

Les chances de réussite d’un sevrage tabagique varient d’un individu à l’autre. Elles dépendent aussi de facteurs tels que la motivation, l’usage de traitements médicamenteux, l’accompagnement et le suivi par un tabacologue.
Cependant, chez des patients motivés, le pourcentage de réussite maximal après un an va de 25 à 35%.

Publicité
Tabagisme - Sevrage - Arrêt du tabac: quelles sont les chances de réussite?

Arrêt du tabac: quels bénéfices pour la santé?

Effets du sevrage à court et moyen termes

Aussitôt qu’une personne arrête de fumer, elle améliore sa santé. Son corps réagit positivement, et ce, dès les premières heures:

  • Après 20 minutes, la pression artérielle et le pouls diminuent. La température des mains et des pieds revient à la normale.
  • Après 8 heures, le niveau de monoxyde de carbone dans le sang revient à la normale. La quantité d’oxygène augmente jusqu’à atteindre un niveau normal.
  • Après 24 à 48 heures, le risque de crise cardiaque diminue. Le goût et l’odorat s'améliorent.
  • Après 2 à 3 mois, la circulation sanguine s'améliore. Marcher devient plus facile. La fonction pulmonaire augmente jusqu'à 30%.
  • Après 9 mois, la toux, la congestion des sinus, la fatigue et l'essoufflement diminuent. Les poumons deviennent plus clairs et plus résistants aux infections. Le risque de maladie coronarienne est 50% plus bas que chez une personne qui fume encore.

Effets du sevrage à long terme

L’arrêt du tabac entraîne une diminution, parfois spectaculaire, des risques de survenue ou d’aggravation de toutes les maladies associées au tabagisme. Quelques exemples:

  • 2 ans après l’arrêt, le risque d’infarctus du myocarde ou d’AVC est diminué de moitié.
  • Après 5 ans, le risque de cancer du poumon, de la bouche, de la gorge et de l'œsophage est la moitié de celui d'un gros fumeur (20 cigarettes par jour).
  • Après 10 ans, le taux de mortalité du cancer du poumon est semblable à celui des non-fumeur.
Tabagisme - Sevrage - Arrêt du tabac: quels bénéfices pour la santé?
Publicité

Quels sont les symptômes du sevrage tabagique?

Les symptômes psychiques du sevrage tabagique

La nicotine ayant des effets réels sur le cerveau (notamment stimulants), lors du sevrage tabagique, la personne peut présenter certains symptômes «psychiques»:

  • Humeur triste, voire dépressive;
  • Irritabilité, frustration, colère;
  • Anxiété;
  • Difficultés de concentration;

Les symptômes physiques du sevrage tabagique

  • Troubles du sommeil (insomnie, réveils nocturnes et/ou précoces, etc.) et la fatigue qui en résulte.
  • Maux de tête et étourdissements: dès l’arrêt du tabac, la quantité d'oxygène dans le sang s'élève à un taux normal, ce qui peut créer une sensation d'étourdissement.
  • Toux et/ou maux de gorge.
  • Constipation ou diarrhée.
  • Fringales, notamment pour les aliments sucrés.
  • L’arrêt du tabac peut également provoquer une diminution du rythme cardiaque, une transpiration plus abondante, etc.

Combien de temps durent ces symptômes?

Sans substituts nicotiniques ni médicaments et selon le degré de dépendance à la nicotine, les symptômes du sevrage durent environ trois semaines. Ils sont particulièrement prononcés lors de la première semaine, puis diminuent d’intensité jusqu’à disparaître complètement maximum 2 semaines plus tard.

Tabagisme et dépression

Bien qu’il soit difficile de dire dans quel sens va le lien de cause à effet, il existe une association certaine entre dépression et tabagisme. En effet, la prévalence du tabagisme est plus élevée parmi les patients souffrant de dépression majeure. De même, le pourcentage de troubles dépressifs majeurs serait deux fois plus élevé chez les fumeurs que chez les non-fumeurs.
Le sevrage tabagique peut également induire une recrudescence des troubles dépressifs. Ainsi le risque d’épisode dépressif majeur est augmenté au cours des 6 mois suivant l’arrêt du tabac.

Tabagisme - Sevrage - Quels sont les symptômes du sevrage tabagique?

Ecrit par Candice LeblancLire la suite: Quels médicaments pour arrêter de fumer?

Pour suivre l'actualité médicale, abonnez-vous aux newsletters MediPedia.