backtotop
News

Publié le 24/09/2021

Troubles de la croissance: 5 mythes à déconstruire

Troubles de la croissance: 5 mythes à déconstruire

À l’occasion de la Journée Mondiale du Trouble de la Croissance, le Pr Philippe Lysy, endocrinologue pédiatrique aux Cliniques universitaires Saint-Luc, passe au crible cinq mythes tenaces sur le sujet.

Publicité

1. La croissance d’un enfant ne dit rien de son état de santé

Au contraire! «La croissance est le reflet de l’état de santé d’un individu, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles on y est très attentif en pédiatrie», indique le Pr Lysy. «Un trouble de la croissance peut donc être le reflet d’une maladie sous-jacente, qu’il s’agisse d’un trouble directement lié à la croissance ou d’une maladie inflammatoire chronique au sens large.»

La croissance reflète également l’état de santé de la famille: «En l’absence de maladie ajoutée, la croissance constitue un trait de famille très "conservé" d’une génération à l’autre», explique le Pr Lysy. «Quand on évalue la croissance d’un enfant, on doit dès lors toujours prendre en compte la taille et la croissance des parents.»

2. Une «petite taille» est toujours le signe d’une anomalie

Pas forcément! Trois questions sont soulevées lors de l’évaluation médicale d’un enfant de petite taille:

  • Où l’enfant se situe-t-il sur sa courbe de croissance de référence?
  • Quelle est sa trajectoire sur cette courbe de référence? Observe-t-on un ralentissement du rythme de sa croissance?
  • Où se situe-t-il par rapport à la taille de ses parents?

«À partir de là, on peut commencer à réfléchir aux étiologies (c’est-à-dire aux causes) possibles de la petite taille», indique le Pr Lysy.

«On peut tout à fait avoir un enfant en bonne santé, avec un rythme de croissance constant, dont la croissance sera différente en raison soit d’une petite taille familiale soit d’un retard de puberté qu’on observe aussi dans la famille. On parlera alors de "variant" par rapport à la norme.»

«En revanche, si la courbe de l’enfant est "cassée" et que l’on ne retrouve pas ce trait de "petite taille" dans la famille, il peut y avoir une anomalie. D’autres examens seront alors nécessaires pour en déterminer la cause.»

3. Les troubles de la croissance sont systématiquement d’origine génétique

Non! «Trois catégories de problèmes de santé peuvent avoir une incidence sur le rythme de croissance d’un enfant», résume le Pr Lysy:

  • une maladie chronique, par exemple une maladie cœliaque avec intolérance au gluten ou certaines pathologies inflammatoires
  • une perturbation hormonale, un déficit en hormone de croissance ou une hypothyroïdie par exemple
  • un trouble d’origine génétique. «La "petitetaille" s’accompagne alors généralement de signes physiques caractéristiques qui peuvent orienter le diagnostic vers cette étiologie», précise le Pr Lysy.

4. Il n’existe pas de traitement efficace pour prendre en charge les troubles de la croissance

«C’est faux, il existe plusieurs possibilités de traitement», assure le Pr Lysy.

  • - Le traitement de la cause, dans le cas de certaines maladies inflammatoires et de certains troubles de l’hypophyse (cette petite glande du cerveau qui régit la production d’une série d’hormones).
  • - Les traitements hormonaux substitutifs, parmi lesquels on distingue:

° les hormones sexuelles, indiquées chez les jeunes qui présentent un retard de puberté prononcé. «Il s’agit d’hormones de synthèse qui correspondent exactement aux hormones naturellement produites par notre corps», précise le Pr Lysy. «Elles sont généralement très bien tolérées par les patients.»

° l’hormone de croissance, qui est strictement réservée à des indications bien précises (déficit en hormone de croissance, retard de croissance intra-utérin qui s’est manifesté par une petite taille et/ou un petit poids à la naissance, insuffisance rénale ou encore certains syndromes génétiques très spécifiques). «L’hormone de croissance remet l’enfant dans le canal de croissance qui était naturellement prévu pour lui ou pour elle», détaille le Pr Lysy. Cette hormone est administrée par auto-injections sous-cutanées quotidiennes. «Des études sont en cours pour développer une formule hebdomadaire», signale le Pr Lysy. «Cette formule devrait être disponible d’ici quelques années pour certaines indications qui doivent encore être définies.»

5. L’hormone de croissance peut entraîner un bouleversement généralisé dans le développement de l’enfant

«C’est un mythe!», assure le Pr Lysy. «Dans les doses adéquates et pour les indications prévues, l’hormone de croissance fait grandir, et c’est tout. On n’observe pas d’effet sur la puberté, la pilosité ou l’humeur, par exemple.»

«Le traitement par hormone de croissance est extrêmement surveillé et réglementé», ajoute le Pr Lysy. «Sa prescription est réservée aux endocrinologues pédiatriques universitaires et les enfants traités par hormone de croissance sont suivis très régulièrement pour s’assurer que la dose administrée est bien adaptée.»

En savoir plus sur Troubles de la croissance
Publicité
Suggestion d’articles
Qu'est-ce qu'une taille normale?

Evaluer la croissance d'un enfantLa taille moyenne de la population varie d'un pays d (…)

Troubles de la croissance - Comprendre - Qu'est-ce qu'une taille normale?
Comment comprendre les courbes de croissance?

Une courbe de croissance est constituée de lignes appelées percentiles (Pc) ou déviations standards (DS). Ces (…)

Comment comprendre les courbes de croissance?