backtotop
News
Qu’est-ce que la réserve ovarienne?

Qu’est-ce que la réserve ovarienne?

La réserve ovarienne, c’est le stock d’ovocytes présents dans les ovaires d’une femme à un moment donné de sa vie. Elle reflète ses chances de concevoir dans un contexte d’infertilité.

Publicité

La réserve ovarienne correspond au nombre d’ovocytes présents dans les follicules primordiaux qui se trouvent dans les ovaires à un moment précis de la vie d’une femme. Les follicules, ce sont ces structures en forme de petits sacs qui se situent dans les ovaires, dans lesquels se développent les ovocytes. Ils évoluent au fil du temps en passant par plusieurs stades: primordial, primaire, secondaire, pré-antral, antral et de De Graaf.

Réserve ovarienne et fertilité

Contrairement aux hommes chez qui le renouvellement des spermatozoïdes est continu dès la puberté, chez la femme, avec l’âge, le nombre de follicules diminue. Le stock initial est constitué lors de la vie intra-utérine, pour atteindre 5 à 7 millions de follicules ovariens à 5 mois de gestation. À la naissance, ce chiffre baisse pour arriver à 1 à 2 millions, puis 400.000 à la puberté, 10.000 à 40 ans, et 1.000 à la ménopause. Cette réserve ovarienne reflète les chances de concevoir d’une femme. En particulier, plus elle est élevée, meilleure sera la réponse ovarienne à la stimulation hormonale dans le cadre d’un traitement de procréation assistée. Lorsqu’elle est très élevée, la réserve ovarienne est souvent associée au syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et donc à une anovulation .

Pourquoi l’évaluer?

Le bilan de la réserve ovarienne permet d’estimer la capacité des ovaires à répondre à une stimulation ovarienne. Il est réservé à des situations spécifiques telles que:
- Un bilan d’infertilité
- L’évaluation de la réponse à la stimulation ovarienne avant procréation médicale assistée (PMA)
- Le suivi de patientes à risque de défaillance ovarienne précoce et le bilan avant procédure de préservation de la fertilité.

Comment l’évaluer?

Deux examens permettent d’évaluer la réserve ovarienne:

  • Un dosage hormonal: l’état du stock de follicules est étudié via l’analyse de différentes hormones, lors d’une prise de sang:
    • L’hormone antimullérienne (AMH) est le meilleur indicateur. Elle peut être dosée à tout moment du cycle menstruel. Plus son taux est faible, plus le stock d’ovocytes est bas et plus faible sera la réponse à une éventuelle stimulation (procréation médicale assistée). Un taux indétectable d’AMH peut révéler une insuffisance ovarienne.
    • L’hormone folliculo-stimulante (FSH)induit la croissance et la maturation des follicules. Elle est dosée entre le 3e et le 5e jour du cycle menstruel. Un taux élevé peut révéler une insuffisance ovarienne.
  • Une échographie endovaginale: elle permet de compter les follicules antraux (CFA), mesurant entre 2 et 10 millimètres. Si le nombre de follicules est élevé, un syndrome des ovaires polykystiques peut être diagnostiqué, impliquant un risque supplémentaire d’hyperstimulation ovarienne dans le cadre d’un traitement de procréation assistée. Si son nombre est faible, une altération de la réserve ovarienne est possible et une faible réponse à la stimulation peut être attendue. Cette échographie est réalisée en dehors d’un contexte de contraception, vers le 2e ou 3e jour du cycle.

En dehors d’un contexte d’infertilité, le taux d’AMH et le compte folliculaire antral ne semblent pas prédictifs de la probabilité de grossesse. L’âge avancé reste le principal facteur péjoratif pour la probabilité de grossesse, spontanée ou assistée, que la réserve ovarienne soit favorable ou non.

Publicité