backtotop
News
Tout savoir sur la stimulation ovarienne

Tout savoir sur la stimulation ovarienne

Les causes d’une infertilité sont nombreuses. Mais des traitements existent. Parmi ceux-ci, la stimulation ovarienne booste le développement des follicules. Quelles sont ses indications ? En quoi consiste ce traitement ?

Publicité

La stimulation ovarienne, c’est quoi ?

La stimulation ovarienne est un traitement médicamenteux qui permet d’augmenter la production par les ovaires du nombre de follicules matures, et ainsi d’obtenir une ovulation. Pour rappel, les ovaires produisent des follicules. Pendant l’ovulation, les follicules libèrent un ovocyte. Lorsque cet ovocyte est fécondé par un spermatozoïde, un embryon est formé et il y a une possibilité de grossesse. La stimulation ovarienne augmente les chances de grossesse.

Dans quels cas y recourir ?

Une femme désireuse de tomber enceinte peut avoir recours à la stimulation ovarienne dans différents cas de figure

  1. En cas de troubles de l’ovulation
    • Une femme qui n’ovule pas (anovulation) ou présente des troubles de l’ovulation (dysovulation) recourt à la stimulation ovarienne simple pour réguler son cycle et son ovulation afin de l’aider à ovuler normalement et donc à tomber enceinte.
  2. Dans le cadre d’un traitement de procréation médicale assistée (PMA)
    • Une insémination intra-utérine (IIU) s’accompagne préalablement d’une légère stimulation ovarienne afin d’augmenter les chances de rencontre des gamètes et donc les chances de grossesse. Le monitoring (prise de sang et échographie) permet de programmer précisément le moment de l’ovulation et de déposer au moment propice les spermatozoïdes dans la cavité utérine. La stimulation permet aussi d’obtenir éventuellement la croissance de plusieurs follicules et donc d’augmenter les chances de succès de l’insémination artificielle. En contrepartie, la principale complication est un risque accru de grossesse multiple. Le monitoring est donc indispensable pour les éviter au maximum.
    • La première étape de la fécondation in vitro (FIV) est la stimulation ovarienne qui consiste à recueillir plusieurs ovules matures afin qu’ils soient ensuite fécondés en laboratoire. L’objectif est d’augmenter les chances de succès par cycle. Dans ce cas-ci, la sélection d’un seul embryon permet de réduire les grossesses multiples.
  3. Dans le cadre d’une préservation de la fertilité
    • La stimulation ovarienne peut être indiquée avant une congélation ovocytaire, dans le but de préserver la fertilité d’une patiente.

Quels traitements ?

Deux voies d’administration principales existent pour la stimulation ovarienne et sont préconisées en fonction de l’indication :

  1. Comprimés par voie orale (par exemple, le citrate de clomifène) : Administré par voie orale durant cinq jours, ce comprimé favorise la libération de l’hormone FSH, l’hormone folliculo-stimulante. C’est le traitement de première intention en cas de dysovulation.
  2. Injections sous-cutanées (gonadotrophines) : À base de FSH (Follicle Stimulating Hormone), ces injections agissent directement sur les ovaires pour favoriser la maturation des follicules. Ce traitement est indiqué en première intention dans le cadre d’une fécondation in vitro.

Des complications ?

La complication la plus fréquente est une grossesse multiple. Elle peut toutefois être réduite au maximum grâce à un monitoring rigoureux dans le cadre d’une IIU, et grâce au replacement d’un embryon unique dans le cadre d’une FIV. Le syndrome de l’hyperstimulation ovarienne est une autre complication, de plus en plus rare. Il apparaît dans les semaines qui suivent la stimulation et se manifeste par une augmentation de la taille des ovaires qui deviennent douloureux, une rétention d’eau, des douleurs abdominales, une prise de poids, etc. Actuellement, des schémas spécifiques de stimulation (par exemple une congélation de tous les embryons en FIV et le transfert dans un cycle ultérieur) permettent d’éviter dans la quasi-totalité des cas ce syndrome.

Publicité